histoire

1956 : A Budapest, classe ouvrière contre socialisme autoritaire

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’insurrection hongroise de 1956 a une mémoire controversée. Les tenants d’un antitotalitarisme libéral en font la preuve que le peuple hongrois adhérait sans réserve au modèle capitaliste. Les nationalistes hongrois le transforment en insurrection patriotique. On peut aussi voir cet événement pour ce qu’il était : une révolte massive de la classe ouvrière contre le socialisme autoritaire, qui ressuscita la démocratie directe.

Le contexte de l’insurrection était triple. D’une part, suite à une période pluraliste entre 1945 et 1948, le Parti communiste stalinien, avec à sa tête Mátyás Rákosi, avait mis au pas la vie politique hongroise avec une brutalité particulièrement féroce. D’autre part, le XXe congrès du PCUS en février-mars 1956, dont les « révélations » sur les crimes de Staline avaient eu de timides échos en Hongrie, avaient suscités les espoirs des communistes partisans d’une certaine libéralisation, comme Imre Nagy ainsi que de l’intelligentsia. Enfin, l’été 1956 vit une flambée émeutière en Pologne contre l’ingérence soviétique et les staliniens au pouvoir.

Étapes du soulèvement

Le soulèvement hongrois commença d’ailleurs, dans les milieux étudiants, autour de la solidarité avec la Pologne, comme dans les milieux de l’intelligentsia communiste « libérale ». Des réunions eurent lieu dans les universités à partir du 20 octobre, qui formulaient des revendications limitées, sur le modèle polonais : révocation de la clique de Mátyás Rákosi, formation d’un gouvernement sous la direction d’Imre Nagy, évacuation des troupes soviétiques, mais aussi des revendications sociales (augmentation des salaires, droit de grève). En parallèle, l’Union des écrivains annonçait l’organisation le 23 octobre d’une cérémonie à Budapest en hommage à la Pologne.

Mátyás Rákosi (1892-1971)
Stalinien pur et dur, ayant passé la guerre à Moscou, il dirigea la Hongrie en dictateur de 1948 à 1956, après avoir truqué les élections de 1948, puis purgé le Parti communiste de ses éléments « titistes ». Également maître d’œuvre de l’AVH, la police politique, de la collectivisation forcée et d’une industrialisation délirante, à un niveau atteint nulle part ailleurs dans les pays de l’Est.

Débuts timides, donc, demandant essentiellement des réformes du régime en vigueur. Mais la manifestation, autorisée après des volte-face du gouvernement, attira la foule, bien au-delà des cercles initiaux : vers 18 heures, près de 300.000 personnes se pressaient devant le Parlement, réclamant le retour d’Imre Nagy. Simultanément, des attroupements se formaient en différents endroits de la ville, donnant à la mobilisation la forme d’une insurrection : l’immense statue de Staline fut mise à bas ; la Maison de la radio fut investie, devenant le lieu des premiers affrontements avec l’AVH, la police politique, et des premiers morts de l’insurrection.

En parallèle, le gouvernement prit deux décisions, l’une destinée à apaiser les manifestants et manifestantes et l’autre à reprendre la main : la désignation d’Imre Nagy au poste de président du Conseil, et l’appel à l’aide des troupes soviétiques, accompagné de la proclamation du couvre-feu et de la loi martiale.

Dès lors, l’insurrection mobilisa de nouveaux groupes, révélant les contradictions de classe de la société hongroise. Les ouvriers et ouvrières d’abord : dès la matinée du 24, la grève se généralise dans les usines de la capitale (Csepel, Ujpest) et de province (Györ, Miskolc), qui commencent à s’organiser, sous diverses formes, en conseils, nous y reviendrons.

L’armée, ensuite : dès le 25, la plus grande caserne de la capitale, Kiliàn, commandée par le colonel Pàl Maléter, passe dans le camp des insurgé.es, bientôt suivie par la quasi-totalité des forces militaires du pays. Face à l’extension de l’insurrection, le vieux communiste Imre Nagy prit, dans les jours suivants, plusieurs mesures importantes : introduction de ministres des partis paysans d’après-guerre dans le gouvernement (26 octobre), ouverture de négociations sur le retrait des troupes soviétiques de Hongrie (le 27), mais aussi abolition du système de parti unique (le 30).

En parallèle, il promettait la légalisation et l’intégration à l’appareil ­d’État des différents acquis de l’insurrection : conseils ouvriers, comités municipaux, forces armées insurgées. Enfin, le 1er novembre, Nagy proclama la neutralité de la Hongrie, c’est-à-dire la sortie de la Hongrie du pacte de Varsovie. À ce moment, la grève s’arrêta dans les usines hongroises, sur demande expresse du gouvernement, relayée par les dirigeants des conseils ouvriers.

La répression et les résistances

C’en était trop pour les dirigeants russes : dès le 1er novembre commença la deuxième intervention soviétique, avec 2.500 chars, 1.000 véhicules divers et 75.000 soldats soviétique. Le 3 novembre, les chars entrèrent dans Budapest, en suivant un itinéraire permettant d’isoler le centre de la ville des quartiers ouvriers, dont l’île de Csepel. Ils ouvrirent le feu vers 4h30 du matin, alors que les insurgé-e-s dressaient des barricades en divers endroits, et vers 8 heures du matin, l’armée soviétique avait pris possession de la Maison de la radio.

Imre Nagy (1896-1958)
Plutôt proche des idées de Boukharine, lui aussi a passé la guerre à Moscou. Dirigeant du gouvernement hongrois de 1953 à 1955, à l’époque de la déstalinisation, il tente une « nouvelle voie » : intéressement des paysans, autorisation partielle du commerce privé, allègement de la censure. Démis de ses fonctions en 1955, il devient une figure de référence pour l’opposition naissante, et l’insurrection de 1956 débute autour de la revendication du retour d’Imre Nagy au pouvoir.

Dès lors, pendant quatre jours, les troupes soviétiques parcoururent les artères de la capitale, ouvrant le feu au hasard sur les maisons pour démoraliser les insurgé-e-s – aujourd’hui encore, on en voit les traces étonnamment nombreuses dans la ville. Ce furent les quartiers ouvriers qui, là encore, opposèrent la résistance la plus importante et la plus longue : les quartiers de Ujpest, Pest-Szent-Erzsébet, Soroksàr, Csepel avaient été armés les jours précédents et ont opposé une résistance opiniâtre jusqu’au 11 novembre. En province aussi, c’est dans les villes industrielles qui ont opposé la résistance la plus forte : à Pécs par exemple, le conseil révolutionnaire, pour éviter la destruction de la ville, décida d’organiser les combats dans les montagnes alentours : près de 5.000 ouvriers et ouvrières, ainsi que des étudiants et étudiantes, se joignirent aux insurgés dans les montagnes de Mecsek, et ont résisté près de trois semaines, infligeant des pertes aux soldats russes, avant de se replier en Yougoslavie.

En tout, les combats firent près de 3.000 morts, 13.000 blessés, et ont provoqué l’émigration de 200.000 personnes. Quant à Imre Nagy, il fut arrêté le 22 novembre et déporté en Roumanie : il finira exécuté le 16 juin, après un simulacre de procès où il fut accusé d’avoir fomenté une conspiration, avec l’aide des impérialistes étrangers, contre la République populaire de Hongrie. Plus d’un millier de personnes furent exécutées après la fin de l’insurrection.

Les analyses sur la signification profonde du mouvement divergent. Ce qui ne fait pas de doute, mis à part peut-être l’impulsion initiale autour des étudiants et des écrivains, c’est son caractère ouvrier. Précisons que la Hongrie, pays très rural jusqu’en 1945, a subi à partir de 1949 le plan quinquennal le plus ambitieux de tous les pays satellites de l’URSS en termes d’industrialisation.

Les actualités du 1er novembre 1956 :

En 1956, une classe ouvrière jeune, concentrée dans les énormes banlieues ouvrières comme Csepel, ou dans les villes nouvelles de provinces comme Sztalinvàros (qui est passée de quelques milliers à près de 30.000 habitants dans l’intervalle), s’est formée. Ainsi, le 23 octobre, la foule rassemblée devant le Parlement, et qui assaillit la Maison de la radio, était largement composée d’ouvriers et ouvrières des faubourgs de Budapest. Entre le 23 octobre et le 1er novembre, la grève ouvrière menée dans la capitale mais aussi la province, ont contribué au rapport de forces avec le gouvernement, l’obligeant à durcir ses positions vis-à-vis des émissaires de l’URSS. C’est enfin dans les quartiers ouvriers que la résistance armée à la deuxième intervention russe a été la plus forte.

Les Conseils, armes du prolétariat

Mais surtout, la classe ouvrière s’est dotée d’organes autonomes, de deux types : les conseils ouvriers d’abord, puis les conseils municipaux des travailleurs, ou conseils révolutionnaires, qui conquirent petit à petit le pouvoir dans les municipalités – les deux organes se confondant en réalité souvent.

Ainsi, dès le 24 octobre, une série de conseils ouvriers se mirent un peu partout en place, à commencer par la ville de Miskolc, où un conseil d’ouvriers et de soldats prit le pouvoir et formula dès le 25 par la radio ses revendications, qui montrent bien l’ambivalence de l’état d’esprit général : « Cessez le massacre des Hongrois à Budapest… Que les troupes soviétiques quittent la Hongrie. Faites cesser le feu. Nous en avons assez. Assez de l’autocratie de certains chefs. Nous voulons aussi le socialisme, mais en accord avec nos conditions spécifiquement hongroises, un socialisme hongrois, reflétant les intérêts de la classe ouvrière et nos sentiments patriotiques les plus sacrés. »

Vacance du pouvoir

Outre l’impulsion du mouvement, les conseils ouvriers se sont progressivement attribué un rôle d’organisation sociale autonome. La preuve en est que même après la chute d’Imre Nagy et la seconde intervention soviétique, les conseils ouvriers ont voulu se fédérer, profitant en réalité de la vacance du pouvoir, que ce soit au niveau du gouvernement – rendu illégitime par le recours aux troupes soviétiques – ou plus encore au niveau de la direction des usines.

Voici comment Ferenc Töke, un ouvrier communiste, décrit la formation d’un conseil central ouvrier, dont il fut vice-président, début novembre : « Avant la seconde intervention soviétique, le projet de création d’un conseil central ouvrier ne fut même pas formulé. L’idée ne fut lancée que pendant les journées confuses qui suivirent à 4 novembre. Le pays fut sans maître, le gouvernement n’existait pas en réalité, le peu d’employés ayant la confiance des soldats russes circulaient en voitures blindées. Il est caractéristique que les membres du régime renversé, contraints par les ouvriers à la démission, n’osaient pas revenir aux usines. »

Cela dit, il ne faut pas surestimer le projet de société que représentait cette forme d’organisation. Toujours pour Töke, « Personne ne suggéra que les conseils ouvriers eux-mêmes pourraient être la représentation politique des ouvriers. (…) Certes, comme je viens de le dire, le conseil ouvrier devait remplir certaines fonctions politiques, car il s’opposait à un régime et les ouvriers n’avaient pas d’autre représentation, mais dans l’esprit des travailleurs, c’était à titre provisoire. »

Récupérations de la révolution

Malheureusement, l’insurrection hongroise n’est pas aujourd’hui mobilisée, du moins en Hongrie, pour vanter les mérites d’une voie autogestionnaire vers le socialisme ou de l’auto-organisation de la classe ouvrière. Jusqu’à un passé assez récent, la mémoire qui dominait était celle de la Hongrie des années 1980, libérale, qui voyait dans les morts de 1956 des martyrs de l’occidentalisation, de la volonté des Hongrois de quitter le bloc soviétique pour adhérer à l’économie de marché et à la démocratie représentative.

Depuis une dizaine d’année, la mémoire de 1956 est récupérée par le gouvernement, et pire encore par les milices d’extrême droite. On peut citer les manifestations qui ont suivi en 2006 les révélations des scandales de corruption du gouvernement social-démocrate au pouvoir : à ce moment, des milices d’extrême droite avaient organisé une émeute devant la Maison de la radio, pour fêter à leur manière les 50 ans des débuts de l’insurrection d’octobre 1956 en scandant « Gyurcsàny [le chef du gouvernement en 2006] sale Juif ! » À un niveau plus institutionnel, la place du Parlement, qui a été le point de départ de l’événement, est aujourd’hui décoré de divers symboles de l’insurrection : sachant que l’urbanisme mis en place dans cet endroit du centre de Budapest répond dans son ensemble à une esthétique protofasciste, mettant en avant, outre 1956, les héros de la nation du XIXe siècle et… du régime autoritaire de Horthy dans l’Entre-deux-guerres.

Cela dit, il faut être clair sur les intentions des acteurs de l’insurrection : à part pour quelques émigrés aristocratiques qui émettaient depuis une station de radio à Vienne, il n’a été pour personne question de revenir au système capitaliste.

Gyula (AL 93)


L’ANNÉE 1956 EN HONGRIE

Février : XXe congrès du PCUS et « révélation » des crimes de Staline.

28 juin : Insurrection à Poznan, en Pologne.

23 octobre : Manifestation à Budapest en soutien à la Pologne, qui se transforme en insurrection ; rappel de Nagy à la tête du gouvernement ; appel à l’aide aux troupes soviétiques.

24-30 octobre : constitution des conseils ouvriers ; passage des casernes à l’insurrection ; concessions de Nagy à l’insurrection (retour au système multipartis, annonce de la neutralité de la Hongrie…).

3 novembre : Entrée des chars soviétiques à Budapest, début de la répression qui fera 2 500 morts.

Fin novembre : Fin de l’insurrection, formation d’un gouvernement autour de Jànos Kàdàr.

16 juin 1957 : Exécution d’Imre Nagy.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut