mobilisation

31 mars, et après : une plateforme numérique commune pour annoncer les mobilisations locales

Version imprimable de cet article Version imprimable


[carte] Depuis la 9 mars, des initiatives internet sont prises sur les réseaux sociaux et via la cartographie numérique pour aider à la mobilisation. S’il est important d’utiliser ces outils dans les perspectives du 31 mars et de la suite, ils ne remplaceront cependant pas les initiatives dans la vie réelle pour convaincre, mobiliser, et agir.

La mobilisation du 9 mars est née de la rencontre entre une volonté des syndicats de bases d’agir en dépit des déclarations intersyndicales nationales d’une part et d’autre part l’émulation notamment via internet au sein de la population et de la société civile. Si certain.e.s étaient circonspects devant le véritable « clicodrôme » des événements sur les réseaux sociaux et de la pétition en ligne, et si ces derniers n’ont pas remplacé les efforts "dans la vie réelle" pour mobiliser, il est indéniable qu’ils ont aidés.

Ces outils seront nécessaires pour la suite également : Un événement sur les réseaux sociaux sert comme pour le 9 mars dernier à canaliser et coordonner les initiatives, notamment pour les mobilisations à venir le 31 mars. On peut d’ores et déjà présager qu’ils joueront un rôle pour la suite, les étudiant.e.s réunis en coordination nationale ayant décidés d’une nouvelle date pour le 5 avril.

Lancé par des militant.e.s, l’événement permet de toucher large. il est complété par une carte.

regrouper sur une carte numérique les initiatives

Pour le 9 mars, l’équipe web d’AL avait mise sur pied une carte numérique, tandis qu’au même moment des motivé.e.s lançaient des initiatives similaires sur internet.

Pour la suite, nous avons décidé de relayé le travail lancé par les militant.e.s qui recensent les initiatives, pour éviter les doublons. Mais pour qu’un tel outil se complète et soit le plus efficace possible, il faut aider à son actualisation.

Pour ajouter les renseignements sur la carte, il est nécessaire de contacter les administrateurs de l’événementvia les réseaux sociaux  : contactez les via votre profil avec un message privé, en indiquant les lieux, dates, heures de la manifestation de votre ville ou des villes alentours, et joignez si possible le lien de l’événement sur les réseaux sociaux.



Portée et limites des outils internet

Si ces initiatives web permettent effectivement de toucher des centaines de milliers de personnes, il n’en reste pas moins que des millions d’autres restent à convaincre, dont une partie importante qui ne pourra l’être derrière un écran.

JPEG - 764.6 ko

Aussi, parallèlement à l’usage de ce type d’outil de diffusion de l’information, les classiques tracts et affiches sont d’actualité pour visibiliser le mouvement et les revendications sur les murs, dans les boites, autant que le bouche à oreilles et les palabres "dans la vie réelle" pour convaincre des centaines de milliers de personnes supplémentaires pour se mettre ne grève, manifester, décider d’agir.

Alternative Libertaire produit des affiches, des autocollants et des tracts dans cette perspective, ils sont mit en ligne sur notre site internet, et peuvent être télécharger et imprimer librement, ou commander via notre boutique en ligne.

PNG - 120.1 ko

De plus, Une grève générale ne se décrète pas, elle se construit. Une centaine de syndicalistes (CGT, SUD, CNT, CNT-SO, FSU, Conf’ paysanne, UTG, LAB, etc.) appellent à faire de la journée du 31 mars une réussite, et proposent une « contre-offensive » avec « des revendications qui permettent de rassembler ». En réaffirmant, à l’inverse d’El Khomri, que c’est la réduction du temps de travail qui fera reculer le chômage. Pour en savoir plus, c’est par ici !

 
☰ Accès rapide
Retour en haut