Lire et voir : Isabelle Frémeaux et John Jordan, « Les sentiers de l’utopie »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Activistes du mouvement écologiste, acteurs du Camp Climat en 2007 sur l’aéroport d’Heathrow, Isabelle Frémeaux et le cameraman John Jordan sont les fondateurs d’un projet communautaire « d’utopie postcapitaliste » appelé la r.O.n.c.e, dans le Morbihan. Les Sentiers de l’utopie retrace la préhistoire de ce projet. A la recherche d’expériences autogestionnaires pérennes, les auteurs se sont lancés dans un périple de sept mois, à travers onze de ces lieux – villages, quartiers, usines – où l’utopie se conjugue au présent. Leur livre-film flirte avec la littérature de voyage, pour mieux exprimer l’existence concrète de cet ailleurs tenté ici et maintenant.

Christiania, Longo Maï, Marinaleda… la plupart sont des foyers d’autogestion célèbres. L’ouvrage est une mine de renseignements sur ces utopies concrètes et leurs références politiques : action directe, autogestion, techniques d’agriculture durable, nouvelles voies vers la sensualité. Mais ce qui fait la force du discours, c’est de toujours s’attacher à la dimension politique de ces choix de vie.

Déjà, aucun de ces projets émancipateurs n’est arbitraire. Moins nés du rêve que de la lutte, ils se sont tous constitués en réponse à des crises sociales bien réelles et concrètement vécues par les protagonistes qui les ont fondés : crise écologique, alimentaire, du logement, de l’emploi. Le second aspect proprement politique réside bien dans le travail de déconstruction des rapports sociaux hérités des hiérarchies morales communes, ou du capitalisme, de la société de consommation-surproduction.

Vivre une organisation sociale réinventée, enfin égalitaire, libertaire, respectueuse tant de la nature que de la société et des individus, tel est le pari réussi de ces communautés, l’exemple à suivre. Même si parfois, avec une grande modestie, les deux auteurs pointent aussi les limites de ces « paradis imparfaits », les points d’équilibre non trouvés (entre résistance créatrice et repli sur le mode de vie, entre utopie et principe de réalité…).

Tout à leur propre réflexion pour construire une alternative, ils y entraînent le lecteur et c’est là le grand mérite du livre, tandis que le film offre une vision plus personnelle des ponts à faire entre expérience politique, expérience intime, affective, esthétique.

Fanny (AL Saint Denis)

  • Isabelle Frémeaux et John Jordan, Les Sentiers de l’utopie, Zones/la Découverte, 2010, 25,40 euros.
  • Film et livre disponibles en version intégrale : www.editions-zones.fr
 
☰ Accès rapide
Retour en haut