Actionnaires : Les dividendes, c’est le vol

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ils sont irresponsables. Ils prennent en otage des millions de travailleurs et de travailleuses dont ils pourrissent la vie. Qui ça ? Il ne s’agit pas des cheminots et des cheminotes de SUD-Rail, mais des actionnaires.

Les actionnaires sont des va-t’en-crise. La situation actuelle est due en très grande partie aux exigences délirantes de rémunération de leur capital par les actionnaires, qu’ils soient individuels ou institutionnels (type fonds de pension). Depuis des années, ils exigent des rentabilités à 2 chiffres. Ils réclament des délocalisations pour augmenter les marges, et donc les dividendes. Ils provoquent des licenciements « boursiers ». Ils veulent des produits financiers toujours plus délirants, afin de démultiplier leurs profits, même s’il faut pour cela créer des bulles spéculatives sans aucun rapport avec les valeurs réelles et les valeurs d’usage. Bref, ils font un maximum de fric sur le dos des travailleurs. Ils veulent toucher toujours plus, toujours vite.

Interdire les dividendes

Aujourd’hui, leur système de siphonnage systématique de la richesse produite s’enraye, parce que l’écart entre la rémunération du capital et ce que le capital investi permet réellement de produire est devenu délirant. Les capitalistes entraînent tout le monde dans leur chute. Mais plutôt que de faire payer la situation aux fauteurs de crise, les travailleurs et travailleuses sont sommés de renflouer ces escrocs. C’est comme si Madoff recevait une subvention pour reprendre son escroquerie pyramidale.

Il faut mettre fin à cette aberration. Il est urgent d’arrêter toute rémunération du capital, puisque c’est ce principe (rémunérer des gens pour ce qu’ils ont, pas pour ce qu’ils font) qui a conduit à la crise. Il faut donc interdire les dividendes. C’est une évidence, même envisagée par les capitalistes, dans les entreprises qui licencient ou recourent au chômage technique. S’il n’y a pas d’argent pour payer les salarié-e-s, alors il ne doit pas y avoir un kopeck pour les capitalistes.

Mais il ne faut pas s’arrêter là. On ne remet pas un fusil chargé entre les mains d’un mioche qui vient de tirer dans la foule. Il faut donc interdire les dividendes, partout et pas seulement pour une durée limitée. Il faut arrêter de rémunérer les improductifs ! Cela peut s’empêcher physiquement. Dans les grandes entreprises, le blocage des assemblées générales des actionnaires et des conseils d’administration doivent permettre de réorienter les résultats vers les salariés et salariées. S’il faut tous les envahir, et bien d’accord ! L’action directe des travailleurs et travailleuses est indispensable pour obtenir une telle mesure. Alternative libertaire défend ce mot d’ordre d’interdiction des dividendes.

Expropriation !

Bien sûr, s’ils ne sont plus rémunérés pour leur capital, ses détenteurs vont être tentés de le récupérer, bref, de piller les entreprises. Ce n’est pas envisageable. Il faut donc exproprier les capitalistes pour que les travailleurs et travailleuses se réapproprient l’outil de production. Ceci ne se fera pas tout seul, il faudra l’imposer, de force si nécessaire. Pas un sou pour les capitalistes ! Réappropriation des richesses par les travailleurs et travailleuses !

Laurent Scapin (AL 93)


CE N’EST PAS LA CRISE POUR TOUT LE MONDE

Pauvres actionnaires ! Si on en croit Thomson Reuters Estimate, les dividendes par action au titre de l’exercice 2008 devraient augmenter par rapport à 2007 de 7 % pour Unibail-Rodamco (une crise de l’immobilier, où ça ?), 9 % pour EDF, 12 % pour ArcelorMittal (vous savez, ceux qui sabotent Gandrange), 12 % pour Total (qui peut espérer faire mieux l’an prochain grâce au plan « Tout bagnole » de Sarkozy), 21 % pour Air France (il paraît que le transport aérien est en crise), 44 % pour GDF (ce sont les actionnaires de Suez qui sont contents !), 44 % pour la Société générale (les pertes de Kerviel ont été largement compensées par le racket des clients !) et 116 % pour EADS (qui verse des dividendes même en cas de perte !). Pour ne prendre que quelques exemples...

 
☰ Accès rapide
Retour en haut