Antifascisme : A Tours comme ailleurs le Front national n’aura pas la paix !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les 15 et 16 janvier, le congrès du Front national (FN) s’est tenu à Tours. Face à une extrême droite en pleine recomposition, les antifascistes ont répondu présents.

Le dernier congrès du FN a été marqué par le passage de flambeau du père Jean-Marie Le Pen à sa fille Marine et par la défaite de Bruno Gollnisch, représentant des courants nationalistes les plus radicaux au sein du parti. Ce congrès aura connu une couverture médiatique considérable centrée sur le « nouveau visage » du Front incarné par Marine Le Pen, dont la popularité dépasse le cadre de l’électorat traditionnel de l’extrême droite, et qui prétend rompre avec la surenchère verbale raciste et antisémite dont son père s’était fait le spécialiste.

La campagne interne pour la présidence du FN a été très dure, les deux camps s’insultant copieusement sur Internet, dans la presse d’extrême droite et les médias classiques. Par exemple, Jérôme Bourbon, partisan de Bruno Gollnisch et directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol est défini par Jean-Marie Le Pen comme un « taliban hystérique ». Il déclarera en retour le 9 janvier dans l’émission Dimanche Plus que Marine Le Pen « c’est la Gay Pride et la Shoah ».

Les courants catholiques traditionalistes reprochent à cette dernière ses déclarations sur l’IVG et la présence d’homosexuels dans son entourage, et les plus farouches antisémites et négationnistes sa volonté de ne plus leur laisser libre cours au sein et autour du parti. À l’issue du congrès, plusieurs personnalités ont quitté le FN, comme Roger Holeindre ou encore Farid Smahi. Ces dissensions ont toujours eu cours au sein de l’extrême droite et du FN, plus ou moins contenues par les shttp://collectifivgteuccès électoraux, l’autorité de Jean-Marie Le Pen, et l’échec des tentatives de scission, qui n’ont pu exister que de manière marginale.

Reste à voir si le FN se transformera en grand parti populiste et xénophobe comme il en existe ailleurs en Europe et si les ultras qui l’ont quitté renforceront significativement et durablement divers groupuscules.

Remobilisaton antifasciste

La tenue du congrès d’un parti raciste ne pouvait rester sans réponse pour lui signifier qu’il n’est nulle part chez lui et qu’il ne peut s’exprimer dans une ambiance pacifiée. La mobilisation unitaire des forces associatives, syndicales et politiques tourangelles a donné lieu à l’organisation d’une manifestation le samedi 15 janvier. Nous étions 2 500 à 3 000 manifestants dans les rangs antifascistes. En tête de la manifestation, le cortège festif de la station alternative tourangelle Radio béton suivi par plusieurs composantes du mouvement social et antiraciste, un cortège de Solidaires rassemblant 200 à 300 syndicalistes, suivi par le cortège d’Alternative libertaire avec une bonne centaine de manifestants, puis celui du NPA comptant autour de 300 personnes.

En fin de manifestation les cortèges de la gauche institutionnelle (PS, PCF et Parti de Gauche) étaient quasi-inexistants. Au point d’arrivée de la manifestation, plusieurs centaines de manifestants se sont heurtés aux forces de police protégeant les voies d’accès au congrès. Plusieurs arrestations accompagnées de violences ont eu lieu.

Cette mobilisation est assez conséquente si on la compare avec d’autres manifestations anti-FN de ces dernières années mais reste bien loin des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Strasbourg en 1997 contre le congrès du FN. À ce titre, elle doit être prise comme un point de départ à une remobilisation antifasciste et antiraciste. L’opposition aux initiatives de l’extrême droite doit être l’occasion d’affirmer la solidarité entre tout les exploités vivant en France. Au delà de ces mobilisations ponctuelles, il faut mener ce combat dans les quartiers, dans la jeunesse et dans les entreprises. C’est l’intervention du mouvement social sur ce terrain qui pourra balayer idées et politiques racistes et interdire la rue à ceux qui, comme le FN, les incarnent.

Commission antifasciste d’Alternative libertaire

 
☰ Accès rapide
Retour en haut