syndicalisme

Antipatriarcat : Grève des femmes le 8 mars !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les organisations syndicales (CGT, Solidaires, FSU, Unef...) et les associations féministes (CNDF, Femmes Egalité, Osez le féminisme, Planning familial...) appellent les femmes à se mettre en grève le 8 mars 2017 à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes. Retour sur l’initiative.

La grève des femmes le 8 mars 2017 devrait initier une nouvelle dynamique unitaire pour le mouvement féministe en France. Appeler à la grève des femmes pour le 8 mars, c’est d’abord mettre à l’ordre du jour les inégalités salariales que subissent les femmes. Encore aujourd’hui, celles-ci gagnent 25% de moins que les hommes dans le privé, et environs 15% de moins que les hommes dans la fonction publique.


PDF - 241.1 ko
Exploitées à la maison, exploitées au boulot : on arrête ?
Tract AL en PDF à télécharger

Chaque jour, à partir de 15h40, les femmes travaillent donc gratuitement. Les dernières réformes libérales ont un impact dévastateur sur l’emploi et les conditions de travail des femmes : particulièrement présentes dans le domaine du commerce, elles ont subi de plein fouet la généralisation du travail le dimanche avec la loi Macron.

De même, la loi Travail impose un recul pour les femmes puisque les accords d’entreprise se situent à présent au-dessus de la loi pour définir le temps de travail. Cette question reste cruciale pour les femmes qui doivent encore jongler entre temps de travail domestique et temps de travail salarié et qui occupent 82,5% des emplois à temps partiel.

JPEG - 79.7 ko
Une première initiative avait été lancée dès 2012 à Toulouse.

Appeler à la grève des femmes le 8 mars, c’est rappeler la force d’action des femmes et leur capacité à bloquer des secteurs primordiaux : le commerce, la santé, l’administration… Moins présentes dans des secteurs traditionnellement « masculins », elles représentent néanmoins 23,1% des salarié.es de l’énergie et 26,3% des salarié.es des transports..

Luttes internationales

Reste aux femmes à prendre conscience de leur capacité d’action et de leurs intérêts en tant que femme. ­D’une part elles ont en commun de continuer à subir l’exploitation domestique et l’exploitation salariale, et d’autre part, si il y a bien un secteur dont les femmes sont quasiment absentes c’est celui des plus grandes fortunes !



Ce 8 mars 2017 se prépare dans un contexte de luttes internationales pour les droits des femmes : ces derniers mois, en Italie, en Espagne, en Pologne et en Argentine, les femmes ont manifesté massivement contre les violences faites aux femmes et le féminicide. De même, elles étaient des millions à manifester contre ­l’élection de l’ultraconservateur Donald Trump et sa politique anti-IVG.

Alors que l’extrême droite gagne du terrain et que les réformes ultralibérales s’accélèrent, il est urgent pour les femmes de construire un mouvement d’ampleur pour défendre leur droit à disposer de leur corps, pour l’égalité salariale, contre les violences patriarcales.

Maud (AL Paris Nord Est)



 
☰ Accès rapide
Retour en haut