« Clash », bulletin jeunesse d’AL

Après Charlie Hebdo : Face à la militarisation et au racisme

Version imprimable de cet article Version imprimable


Nous condamnons sans réserve les actes ignobles, qui ont causé la mort de 17 personnes début janvier. Nous combattons les fanatiques de tout poil qui prétendent imposer leur religion à la société, quel qu’en soit le prophète. Mais nous combattons également le racisme qui se diffuse et nous dénonçons la mascarade de « l’unité nationale » aux côtés des politiciens qui attisent les haines.

Le climat raciste dans lequel baignait déjà la société française s’alourdit. Quelque 116 actes anti-musulmans ont été recensés en quinze jours ! Les réacs qui dissertent sur le prétendu « choc des civilisations », et vomissent quotidiennement leur haine des musulman-es et des étranger-es se lâchent toujours plus. Pour le pouvoir, c’est l’occasion de faire oublier sa politique antisociale, mais aussi de justifier de nouvelles guerres ne visant qu’à maintenir les intérêts des multinationales dans le monde.

Du pain bénit pour le gouvernement...

Les politicien-ne-s de tout bord n’ont pour solutions que la traque policière, la restriction des libertés et la croisade militaire. Le pouvoir légitime de nouvelles mesures répressives sur le dos des millions de personnes qui ont affirmé dans la rue leur émotion. Plus de flics, de répression, de surveillance et moins de liberté. Cette politique vise à entretenir une peur généralisée et à y répondre par une surenchère sécuritaire.

Hollande a immédiatement annoncé qu’il allait renforcer les interventions militaires contre le terrorisme, tout comme Bush avait tiré prétexte des attentats du 11 Septembre pour envahir l’Afghanistan puis l’Irak. Mais les talibans y sont maintenant plus nombreux que jamais. Le chaos semé par ces interventions est un terreau propice pour les islamistes.

Ces guerres ne visent qu’à défendre des intérêts nationaux et à garantir aux multinationales leur droit à piller les ressources naturelles des pays visés. Nous devons nous battre pour que les remèdes ne soient pas pires que le mal. L’exemple des États-Unis a suffisamment montré à quelle impasse conduit le patriotisme liberticide et le nationalisme va-t-en-guerre.

L’unité nationale : une vaste mascarade

L’appel à « l’unité nationale » n’est qu’un mythe visant à faire oublier que, dans cette société capitaliste, nous n’avons pas tous les mêmes intérêts. Car c’est bien Hollande, Valls et son gouvernement qui cassent nos droits sociaux, maintiennent ce système injuste et inégalitaire et nous font payer la crise !

Doit-on rappeler que pour la seule année 2015, c’est 21 milliards d’euros qui vont être économisés sur les services publics et vont être distribués aux entreprises sous forme de réductions d’impôts ? Doit-on rappeler que ce sont ces politiciens aux services des riches qui sabrent le budget des universités tout en parlant ensuite de lutte contre l’obscurantisme ?

Le fascisme religieux, comme tous les fascismes, prospère avant tout auprès des laissé-es pour compte. Il se nourrit du sentiment de rejet entretenu par des décennies d’exclusion sociale, de ghettoïsation, de discriminations, de violences policières.

La solution ce n’est pas l’exclusion et la guerre, c’est la justice sociale et la solidarité entre les opprimé-es. Cette société capitaliste ne produit que misère et violence, elle ne nous offre aucun avenir, à nous d’en construire une autre.

Clash (février 2015)
A télécharger
 
☰ Accès rapide
Retour en haut