Avril 1947 : La grève Renault enflamme la France

Version imprimable de cet article Version imprimable


En avril 1947 démarrait à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt une grève historique qui allait conduire à l’expulsion des ministres communistes du gouvernement. Le PCF et la CGT, alors en pleine fièvre patriotique, combattirent cette grève jusqu’à ce qu’ils ne puissent faire autrement que de l’accompagner. Le mouvement a démarré sous l’impulsion des groupes d’extrême gauche actifs à Renault.

JPEG - 264 ko
Assemblée des grévistes
sur la place Nationale, le 28 avril 1947.

L’immédiat après-guerre fut, pour la France, une période à la fois d’immenses espoirs et d’écœurantes désillusions. De janvier 1946 à mai 1947, le pays est dirigé par un gouvernement associant le Mouvement républicain populaire (MRP, démocrates-chrétiens, lointains ancêtres de l’UDF), la SFIO (ancêtre du PS) et le PCF.

Ce dernier est alors à l’apogée de sa puissance : 800.000 adhérentes et adhérents revendiqués à la fin de 1946, et « premier parti de France » avec 28,3% aux législatives. Politiquement, il poursuit la ligne stalino-patriote qui est la sienne depuis 1935, mais désormais avec l’autorité d’un parti de gouvernement. En cette période où le « relèvement de la patrie » passe avant tout, la lutte des classes doit être limitée aux joutes parlementaires du Parti. Mais elle doit être bannie des lieux de production : « la grève c’est l’arme des trusts », clamera le secrétaire général du PCF, Maurice Thorez, et partout les communistes doivent s’y opposer.

Leur récente hégémonie dans la CGT les y autorise. Au congrès d’avril 1946, les staliniens ont affirmé leur emprise sur une confédération, qui revendique 5,5 millions de syndiqués, et marginalisé les syndicalistes non communistes (regroupés autour du périodique Force ouvrière) et les minorités trotskistes et anarchistes. Devenue courroie de transmission du gouvernement, la CGT s’apparente alors de plus en plus à un syndicat jaune. Dans les grandes entreprises nationalisées (Renault, EDF, Charbonnages de France…), elle cogère la production, pousse les cadences, veille à la modération salariale, empêche les grèves.

Les minorités révolutionnaires ne sont pourtant pas sans influence. Elles rencontrent un écho non négligeable dans certaines franges de la jeunesse et du prolétariat dégoûtées par l’institutionnalisation du PCF et de la CGT. C’est cette extrême gauche qui, malgré la chape de plomb stalinienne, va réussir, en avril 1947, à mettre le feu aux poudres, et ce dans un des principaux bastions du mouvement ouvrier : l’usine Renault de Boulogne-Billancourt.

L’étincelle

Sur cette usine de 30 000 salarié-e-s, où la CGT revendique 17.000 cartes, les staliniens pensent que leur emprise est totale. Ils sous-estiment la capacité de nuisance des révolutionnaires qui s’agitent dans certains recoins. Ainsi l’Union communiste (UC, trotskiste) groupe une dizaine de membres actifs dans le « secteur Collas » : les départements 6 et 18 (fabrication de boîtes de vitesse, directions, pignons) ; la petite (une dizaine de personne) CNT anarcho-syndicaliste est animée par un militant de la FA, Gil Devillard, dans le département 49 (montage moteurs) [1] ; le PCI dispose également de quelques militants.

Tout commence à la fin du mois de février 1947. À l’initiative de l’UC, des réunions ouvertes s’efforcent de rassembler les « mécontents » du régime stalino-patronal. Ces réunions, auxquelles participent le PCI, la FA, la CNT et même quelques bordiguistes, rassemblent jusqu’à 60 personnes. On y décide bientôt de lancer une revendication rassembleuse, précédemment brandie puis abandonnée par la CGT : une augmentation de 10 francs sur le salaire de base. À partir de la mi-avril, la revendication commence à prendre dans le secteur Collas. À l’issue d’une AG improvisée, un comité de grève est constitué, dans lequel un militant de l’UC, Pierre Bois, commence à se faire connaître [2]. Le vendredi 25 avril, dès 6 h 30, les ouvriers du secteur Collas débrayent, coupent l’électricité, mettent en place des piquets et lancent un appel à mobilisation au reste de l’usine.

Les staliniens débordés

Le PCF et la CGT se précipitent aussitôt pour tuer le mouvement dans l’œuf. « Ce matin, une bande d’anarcho-hitléro-trotskystes a voulu faire sauter l’usine », s’écrie Plaisance, le secrétaire de la CGT, dans un discours improvisé à l’entrée de l’usine. Face à ces diverses calomnies la grève piétine jusqu’au lundi 28, puis elle se propage brusquement. Un meeting est convoqué à l’entrée de l’usine par le comité de grève. Lorsque Pierre Bois grimpe sur le kiosque à journaux de la place Nationale pour prendre la parole, l’assemblée qui écoute sa harangue est spectaculaire : 3.000 ouvriers ont répondu à l’appel.

Alors que les bonzes de la CGT et du PCF boycottent le meeting, les dirigeants nationaux de certaines organisations comme la CNT, la tendance Front ouvrier de la CGT (en fait le PCI) et la CFTC, sont venus exprimer leur soutien. La voiture-micro a été amenée par les Jeunesses socialistes. Le lendemain, on compte plus de 10.000 grévistes, bientôt 12.000.

Au département 49, les grévistes emmenés par la CNT courent arrêter le moteur principal, qui commande les chaînes de montage. On en vient aux mains avec les staliniens qui veulent les en empêcher. Le communiste libertaire Gil Devillard est désigné pour représenter le département au comité de grève.

JPEG - 7.1 ko
Gil Devillard
Militant FA et animateur de la CNT au département 49, il est membre du comité de grève.

Alors que toute la presse fait écho à la grève chez Renault, le défilé du 1er mai est énorme. Les 100 000 exemplaires d’une édition spéciale du Libertaire sont intégralement vendus. Eugène Hénaff, secrétaire général de la Métallurgie CGT, qui est venu en personne à l’usine, s’est fait huer. La pression sur les staliniens est énorme, d’autant plus que la base de la CGT participe au mouvement. Au bout de quelques jours, elle n’a d’autre choix que de s’y rallier et en revendique aussitôt la direction.

Le comité de grève ne fait finalement pas le poids face à la CGT, qui reprend peu à peu le contrôle de l’usine. Le 8 mai, le gouvernement accorde 3 francs d’augmentation. Le 9 mai, les staliniens font voter la reprise du travail aux deux tiers. Ne restent dans la lutte que les plus combatifs. Les départements 6, 18, 88, 31, 48 et 49 persistent ainsi dans une « grève bouchon » qui paralyse le reste de l’usine et ne cesse totalement que le 15 mai, une fois que le gouvernement a concédé une prime de 1.600 francs et une avance de 900 francs pour toutes et tous les salariés.

La guerre froide est lancée

Cependant, pour le PCF, le mal est fait. Ses ministres ont été brièvement obligés de se solidariser avec les grévistes. Le 5 mai, ils sont expulsés du gouvernement.

Détachés de leurs obligations gouvernementales, les staliniens lâchent la bride au mécontentement ouvrier. Dès juin, des grèves éclatent chez les cheminots, les mineurs et ailleurs. Ça tombe bien, Moscou est justement décidé à changer de tactique. L’heure n’est plus à la coexistence pacifique avec l’Ouest, mais à la confrontation. Les Soviétiques vilipendent les communistes français et italiens qui depuis 1945 se sont laissés aller au « crétinisme parlementaire ». Le PCF se sent obligé de faire ses preuves et lance, partout où il le peut, des « grèves Molotov », dont les objectifs correspondent souvent davantage aux plans de la diplomatie soviétique qu’aux revendications ouvrières. Qu’importe : la lutte des classes reprend ses droits, même si c’est sur un échiquier politique nouveau : celui de la Guerre froide.

À Renault-Billancourt et ailleurs, les staliniens redorent leur blason jauni. Quelques mois après la grève, la CNT disparaît du paysage, lorsque son principal animateur part en formation à l’extérieur. Le courant communiste libertaire développera à nouveau une activité dans l’usine entre 1949 et 1956, en y créant le groupe Makhno. De son côté, l’UC impulse un syndicat concurrent de la CGT, le Syndicat démocratique Renault (SDR) qui va compter jusqu’à 406 membres mais se retrouve rapidement marginalisé. Il se disloque peu après la scission de l’UC en 1949.

C’est que le retour des staliniens aux luttes sociales bouleverse la donne. Trotskistes et libertaires se retrouvent privés de l’espace qu’ils et elles ont pu occuper pendant la parenthèse gouvernementale du PCF. Faute de perspectives, l’extrême gauche va peu à peu s’effriter et s’enfoncer dans des dissensions sur l’orientation à adopter pour sortir du marasme – le PCI scissionne en 1952, la FA en 1953. Il faudra attendre Mai 68 pour que les révolutionnaires retrouvent une audience nationale.

Guillaume Davranche (AL Montrouge)


L’EXTRÊME GAUCHE EN 1947

Parti communiste internationaliste (PCI) : Organisation trotskiste fondée en 1944, ancêtre des actuels Parti des travailleurs (PT) et Ligue communiste révolutionnaire (LCR). Défend à l’époque le mot d’ordre « Pour un gouvernement PS-PC-CGT ».

Union communiste (UC) : Dirigé par l’ouvrier roumain Barta, ce groupe trotskiste né en 1939 est l’ancêtre de l’actuelle Lutte ouvrière. Il critique la politique du PCI qualifiée de « front unique avec le stalinisme ».

Fédération anarchiste (FA) : Fondée en 1945, ancêtre des actuelles Fédération anarchiste et Alternative libertaire. Refuse de choisir un des deux camps de la guerre froide et pratique la stratégie dite du « troisième front » : ni Staline, ni Truman.

Confédération nationale du travail (CNT) : Scission anarcho-syndicaliste de la CGT, fondée en décembre 1946, héritière à la fois de la CGT-SR d’avant-guerre, et de la CNT espagnole en exil.

Bordiguistes : Militant-e-s de l’ultra-gauche léniniste et antisyndicaliste, se réclamant de la pensée de l’Italien Amadeo Bordiga.


REPÈRES CHRONOLOGIQUES

8-12 avril 1946 : Congrès de la CGT à Paris : hégémonie stalinienne. Scission des anarcho-syndicalistes.

13-15 septembre 1946 : IIe congrès de la FA à Dijon.

7-9 décembre 1946 : Premier congrès de la CNT française.

19 décembre 1946 : Début de la guerre d’Indochine.

30 mars 1947 : Insurrection de Madagascar. La répression, atroce, va faire 12 000 morts. En France, la grève Renault va éclipser l’événement.

24 avril : Le gouvernement ramène de 300 à 250 grammes la ration quotidienne de pain.

25 avril : Début de la grève chez Renault.

4 mai : Les députés communistes refusent de voter la confiance au président du Conseil Ramadier.

5 mai : Les ministres communistes sont exclus du gouvernement.

19 mai : Fin de la grève chez Renault.

2 juin : Début de la grève des cheminots, bientôt suivie par celle d’EDF-GDF, puis par les banques et les mineurs.

30 septembre-5 octobre : Sommet de neuf partis communistes européens, sous l’égide du PC soviétique, à Szlarska-Poreba en Pologne. Adoption de la doctrine Jdanov de guerre froide. Les PC italien et français sont tancés pour leur « crétinisme parlementaire ».

9-11 novembre : À Angers, IIIe congrès de la Fédération anarchiste.

10 novembre : Début à Marseille des grèves insurrectionnelles qui vont agiter le pays durant plusieurs mois.

19 décembre : La tendance Force ouvrière scissionne de la CGT.

12 avril 1948 : Fondation de la CGT-FO.

Avril : Nouvelle vague de grèves.

Septembre-novembre : Vague de grèves violentes.

4 octobre : Grève des mineurs lancée par la CGT.

16 octobre : Le gouvernement fait occuper les puits par l’armée. Affrontements très violents avec les grévistes, à Saint-Étienne, Carmaux, Montceau-les-Mines puis Alès.


[1] Gil Devillard, « Chez Renault, militer dans le groupe Makhno, ce n’était pas de tout repos ! », Gavroche n°148, octobre-décembre 2006.

[2] Pierre Bois, « La Grève des usines Renault », in La Révolution prolétarienne du 25 mai 1947.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut