Boris Vian fait chanter Jules Bonnot

Version imprimable de cet article Version imprimable


La collection « Jacques Canetti » vient d’être rééditée en CD. Celui qui, dans les années 60-70 lançait des chanteurs comme Serge reggiani, Jacques Higelin, Brigitte Fontaine… a également produit un disque qui en douze pièces chantées raconte l’épopée tragique de la bande à Bonnot. C’est la voix d’Yves Robert (le réalisateur La Guerre des boutons) qui nous guide tout au long de l’écoute.

La bande à Bonnot était un groupe d’anarchistes illégalistes qui déffrayèrent la chronique dans les années 1910. Leur chef de file, Jules Bonnot était l’inventeur de l’attaque de banques à voiture (à l’époque en Dion Bouton 40 chevaux). Ces douzes pièces chantées ressucitent Jules Bonnot et ses frasques, mais aussi les « milieux » anarchistes illégalistes.

Ainsi une chanson de l’album, Les Bienfaits de la pratique, est entièrement consacrée au débat qui sévissait alors entre action directe (qui signifiait alors récupération individuelle, illégalisme), et propagande anarchiste !!!

L’intérêt du disque (et non des moindres), c’est que les textes sont de Boris Vian. On y retrouve le style caustique de Vian , un exemple : « pour l’avoir [Bonnot], tous les gars de la police se seraient fait hacher comme chaire à saucisse. » Il y stigmatise les « rupins » qui « sur leur paillasse, en tremblant se demandaient avec angoisse, c’est i’ moi qui vait leur servir de cible ». Vian veut rendre justice à cet homme, Jules Bonnot, qui « détroussait les encaisseurs » et avait une aversion profonde pour l’injustice de la société de classes. Toutes les chansons respirent une tendresse non feinte de Vian pour Bonnot.

Alors « venez donc voir, venez donc voir, un évènement considérable. Un anarchiste. Bandit notoire. Qui va se rendre à la police ! »… Et mort aux vaches !

Théo Rival (AL93)

  • La bande à Bonnot, douze chansons, paroles de Boris Vian, musique de Louis Bessières, collection Jacques Canetti, chez Polydor.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut