Bresil : Marielle Franco, Presente !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans la nuit du 14 mars dernier, Marielle Franco, a été brutalement exécutée par balles, à la sortie d’un débat avec d’autres femmes noires, dans le quartier de la Lapa à Rio de Janeiro. Anderson Pedro Gomes, le chauffeur de la voiture où elle se trouvait a lui aussi été assassiné.

Marielle Franco était une militante féministe, noire et lesbienne, née dans la favela de la Maré, particulièrement engagée contre le racisme, la répression et les violences policières. Depuis des années elle luttait contre les abus de la Police militaire de l’Etat de Rio. Conseillère municipale du Parti socialisme et liberté (PSOL, gauche radicale) elle était récemment devenue rapporteuse de la commission chargée d’enquêter sur l’intervention militaire fédérale décrétée par le gouvernement de Michel Temer pour « assurer la sécurité » dans l’Etat de Rio. Quatre jours avant sa mort, Marielle avait dénoncé une action violente du 41e bataillon de la Police Militaire dans la favela de l’Acari, où des policiers ont terrorisé les habitants et habitantes, pénétrant avec violences dans les habitations et jetant des jeunes gens dans une fosse pleine de détritus.

Décimer le peuple noir

Pour nos camarades de la Coordination anarchiste brésilienne (CAB), ces assassinats « représentent une action orchestrée par un État terroriste […] qui n’utilise pas de masques pour décimer le peuple noir et pour envoyer un message à tous ceux et toutes celles qui se dressent contre le massacre dans les banlieues. La mort de la camarade en pleine intervention militaire fédérale n’est pas une coïncidence ou une erreur de la politique de sécurité publique de l’Etat de Rio.

L’avancée de la répression, au travers de cette mesure, est ce qui autorise cette nouvelle et profonde étape dans le terrorisme d’État. Il s’agit d’une action clairement bien construite : neuf coups de feu contre le véhicule, un cas évident d’exécution sommaire d’une combattante du peuple. L’État, le capitalisme brésilien et ses institutions continuent à fonctionner, avec leur profil historique de maintien des inégalités structurelles et de perpétuation directe ou indirecte de la barbarie. Dans ce moment de douleur, de tristesse et de haine, il nous incombe d’apporter toute notre solidarité aux familles de Marielle et de Anderson, aux camarades du PSOL et à tous ceux et toutes celles qui luttent quotidiennement. […]

État terroriste ! Pour la fin de l’intervention militaire fédérale ! Pour la mémoire, la vérité et la justice ! Marielle Franco, avec nous ! »

Communiqué de la CAB du 19 mars 2018

 
☰ Accès rapide
Retour en haut