Candidature Bové : Beaucoup de bruit pour une inactualité

Version imprimable de cet article Version imprimable


Une salve d’articles de presse a annoncé que José Bové serait peut être candidat aux élections présidentielles de 2007. Rompant avec son discours du Larzac de l’année précédente où il avait justement insisté sur l’autonomie du mouvement social, José Bové semble mettre en scène sa candidature en distillant les confidences aux journalistes.

On annonce ainsi autour de lui, un groupe de responsables syndicaux et associatifs qui serait favorable à la promotion de sa candidature. Des réunions qui se voulaient discrètes, sinon secrètes sont ainsi relatées, ponctuées de confidences de quelques participants qui relancent ainsi leur présence dans les carnets d’adresses de journalistes.

Les petits jeux avec les médias de certain(e)s militant(e)s ne nous surprennent plus. On a appris à décrypter les grosses ficelles de communication développées par des militant(e)s qui n’ont que faire des organisations et des mouvements qui pourtant leur ont confié des mandats pour tout autre chose. Cette autonomisation de la notoriété individuelle se concrétise aussi par la tactique visant à faire croire à l’existence de quelque chose par l’intermédiaire de la presse. Ainsi on ne discutera nulle part de la candidature de José Bové, mais cela deviendra une question, puisque les médias l’auront abordée. En fait, il s’agit de faire croire à une candidature de José Bové sur laquelle il faudra ensuite sommer chacun et chacune de prendre position.

Jeu médiatique

Ce petit jeu de relations de connivences entre quelques individus et des journalistes a son lot de dénégations de chaque partie. Les journalistes concernés disent leur étonnement des dénégations publiques des intéressé(e)s et les mêmes disent leur étonnement des fuites mises en scène dans les journaux. Ainsi va le petit jeu.

Dans le même temps, les militant militantes d’associations, de syndicats, etc. n’ont rien d’autre que ce qui est écrit dans le journal. Cette situation a conduit Sud-PTT cité dans un papier de Libération à un communiqué de démenti sur l’existence de débats en son sein sur cette question.

Il se pose de manière permanente, la question de l’autonomie du mouvement social, de l’autonomie individuelle de la notoriété générée par le mouvement social, les mouvements sociaux.

Quand les rumeurs indiquent que tel ou telle responsable verrait bien José Bové en candidat à l’élection présidentielle, ce n’est pas l’individu qui intéresse le chroniqueur et celui qui organise la fuite. Il s’agit évidemment d’associer au nom de la personne citée, son organisation et ses responsabilités. La captation de ce capital symbolique a pour but de donner encore plus de poids à la position personnelle de l’intéressé. On pourrait croire qu’il engage peu ou prou son mouvement. L’histoire récente a donné lieu à beaucoup de pillage et de dilapidation de ce capital symbolique approprié par quelque gloire intronisée par les médias. Dans le même temps, un ou une responsable d’organisation de masse a bien le droit d’avoir ses propres idées politiques indépendamment des mandats que l’on veut bien lui confier. Des règles du jeu doivent être mises en place. Sinon, la perspective que le mandat donné puisse servir à autre chose, aura des conséquences pour le mandat lui-même. En clair, s’il n’y a pas de confiance possible et que c’est le petit jeu du plus malin qui s’impose, c’est le mandat lui-même qui sera refusé.

C’est dans ce cadre que nous avons demandé à Annick Coupé de répondre à quelques questions. Ses réponses lèvent quelques malentendus et pointent des problèmes politiques. Les questions posées sont respectables et méritent une discussion. Ce n’est pas du même niveau que celui de nos bricoleurs qui veulent imposer un choix politique sans débat collectif. Ainsi la bataille sur les contenus politiques est une bataille essentielle.

Mais en même temps la dépossession du débat politique par une sorte d’externalisation du lieu d’élaboration de ces contenus pose un grave problème de maîtrise collective de la politique.

Thierry Renard (AL Transcom)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut