Classique de la subversion : Guérin, « L’Anarchisme »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, un livre qui a compté dans l’histoire des idées subversives


Le jeune militant est souvent à la recherche d’un petit ouvrage de synthèse qui permettrait d’appréhender l’essentiel des aspects et de l’histoire du courant politique auquel il a choisi de se rattacher. Pour les libertaires cet ouvrage existe : c’est L’Anarchisme de Daniel Guérin. Publié en 1965, tiré à plus de 100 000 exemplaires, le texte initial en fût remanié à deux reprises pour donner sa version actuelle. L’Anarchisme témoigne ainsi de l’évolution patiente de l’auteur vers le communisme libertaire.

Surtout, le livre se démarque d’une littérature libertaire souvent alors emprunte de sectarisme envers le marxisme. Foncièrement ouvert, le militant révolutionnaire déjà expérimenté qu’est Guérin, est à ce titre rompu au réel débat d’idée. C’est ce qui fait la sève de ce petit ouvrage qui présente l’apport de Proudhon et Stirner sans religiosité tout en leur rendant pour partie justice des critiques qu’ont pu leur adresser Marx et Engels. Mais c’est en Bakounine que Guérin voit le « père » de l’anarchisme organisé. L’approche est dès lors celle d’un mouvement anarchiste éminemment politique, animé par des militants qui en défendent les idées-forces. Détaillant notamment l’action des anarchistes et de leurs organisations dans les révolutions russe ou espagnole, ainsi que dans le mouvement des conseils italiens, Guérin s’y fait l’avocat des hommes et des femmes qui cherchent à bâtir une « pratique révolutionnaire » de l’anarchisme qui soit pertinente au regard des conditions historiques. Et pour lui une des notions-clé est celle d’autogestion, véritable axe militant vertébrant l’action. Certes Guérin peut laisser s’exprimer quelques illusions sur l’autogestion yougoslave ou algérienne des années 1960. C’est le tribut payé par un livre voulant s’inscrire dans son époque. La toute récente réédition aurait mérité une introduction évoquant l’époque de Guérin, ainsi que son parcours personnel. L’Anarchisme n’en reste pas moins un classique indispensable.

Théo Rival (AL Orléans)

• Daniel Guérin, L’Anarchisme : De la doctrine à la pratique suivi de Anarchisme et marxisme, Editions Gallimard, 2001, 286 p., 5,60 euros

 
☰ Accès rapide
Retour en haut