Classiques de la subversion : Piotr Archinov, « La Makhnovchtchina »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La Makhnovchtchina d’Archinov est une histoire de cette insurrection anarchiste, qui eut lieu en Ukraine de 1918 à 1921. Cet ouvrage, écrit par Piotr Archinov, une des figures de l’anarchisme lors de la révolution russe, vient d’être réédité par les éditions Spartacus. Archinov concilie le point de vue du témoin et de l’historien. En effet, il a fait partie de l’insurrection pendant un an avant de devoir la quitter, mais la traite en tant qu’historien, entendant retracer l’ensemble des événements grâce aux documents qu’il a pu sauver. Il a aussi pour objectif d’analyser la révolution russe en étudiant les rapports entre la Makhnovchtchina et le pouvoir Bolchevik.

Tout d’abord, pour mieux comprendre les origines de la Makhnovchtchina, il faut savoir que par rapport à la situation du reste de la Russie, le contexte ukrainien était particulier. L’Ukraine avait connu, comme le reste de la Russie, la Révolution de février. Des conseils de soldats, de travailleurs et de paysans s’y étaient constitués. Très rapidement, avec l’effondrement du front, l’Ukraine est occupée par les troupes allemandes et autrichiennes. Celles-ci mettent en place un pouvoir fantoche, dirigé par l’hetman. C’est pourquoi la révolution y suivit un cours différent du reste de la Russie. Très vite, face à l’occupant et aux forces nationalistes ukrainiennes (Petliouria) se développa une insurrection avec comme origine la ville de Goulai-Polié en Ukraine orientale. Celle-ci avait pour mot d’ordre la terre aux paysans et le pouvoir aux conseils. Elle se structura autour de la personnalité de Makhno, militant anarchiste de longue date. Elle gagna vite de l’ampleur jusqu’à compter dans ses rangs plusieurs dizaines de milliers d’insurgés. De 1918 à 1921, cette insurrection s’opposera aux allemands, aux nationalistes ukrainiens puis aux Russes blancs (contre-révolutionnaires se battant pour le rétablissement du tsarisme). Les actions de la Makhnovchtchina permettront même de sauver l’Armée rouge en 1919 face à Denikine. Les rapports de la Makhnovchtchina avec l’armée rouge seront conflictuels. Se battant contre le même ennemi, ils s’allieront dans un premier temps. Mais lorsque le pouvoir bolchevik impose l’étatisation de toutes les structures sociales et exige la subordination de Makhno au pouvoir central de Moscou, la Makhnovchtchina finit par s’opposer à l’Armée rouge et connait la défaite en 1921.

Cette expérience est intéressante car elle est la manifestation du pouvoir de la base et du peuple en armes qui s’oppose à l’étatisation et à la centralisation prônée par les Bolcheviks. Il est intéressant de noter qu’à l’époque les Makhnovistes étaient appelés communistes, ce qui était péjoratif pour les bolcheviks, avant que Lénine n’impose l’utilisation du mot. Une lecture qui permet de mieux comprendre les enjeux de la révolution russe.

Matthijs (AL Montpellier)

Piotr Archinov, La Makhnovchtchina : l’insurrection volontaire en Ukraine de 1918 à 1921, Spartacus, 2001, 15 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut