Clermont-Ferrand : Du côté des étudiants

Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans la ville, malgré des débuts peu importants, la mobilisation lycéenne et étudiante est une réussite. Espérons la reprise après les vacances !

A Clermont-Ferrand la première Assemblée Générale étudiante a eu lieu le 7 octobre, à la fac de Lettres. La manifestation du 2 octobre n’avait réuni que 200 jeunes, tous et toutes encarté-e-s. Cette première AG à donné naissance au comité de mobilisation des facs clermontoises et à la plateforme de revendications.

Nous avons appelé à toutes les manifestations prévues par l’intersyndicale avec plus ou moins de succès. Les étudiantes et étudiants ne semblaient pas être motivé-e-s au début. Les syndicats étudiants (UNEF-Tuud et Sud Etudiant-e exclusivement) et les partis (NPA, JC, Verts, MJS) ont fourni un travail important pour toucher le maximum de personnes.

Les lycéens entrent en scène

Un barrage filtrant fut mis en place le 12 octobre pour la manifestation. Le cortège jeune à réuni 2 000 personnes, ce qui est énorme pour Clermont.

Le 14, nouvelle AG, avec un peu plus de 400 personnes. C’est aussi le jour de l’entrée en mouvement des lycéennes et lycéens, qui, partis en manifestation sauvage à plus de 3 000, ont mis une pagaille importante dans le centre-ville. Les étudiants les ont suivis et encadrés pour éviter les débordements. Il est bon de noter dès lors la présence de la CGT pour encadrer, et malheureusement déjà pour tenter de nous récupérer. Les décisions de l’AG ont conduit au blocage de la fac le lendemain matin pour aller à la manifestation ayant pour but d’empêcher la venue d’Hortefeux et de Bachelot à la maison du peuple et ce fut une réussite.

Le 18, le barrage filtrant avait été voté. Le jour de la manifestation intersyndicale nationale, le 19, la fac a été bloquée dès 8h du matin pour permettre la tenue d’une importante AG de 500 personnes qui a reconduit le mouvement toute la journée. La manifestation à été un succès avec encore un gros cortège jeunes. Après la manifestation une autre AG à décidé du blocage de la fac du mercredi jusqu’au jeudi 21, 14h30, avec occupation nocturne. Le mercredi après-midi les étudiantes et étudiants sont allés soutenir les cheminots en allant bloquer la gare avec eux. L’AG du 21 à voté le blocage jusqu’aux vacances de Toussaint.
éviter la récupération.

Les étudiants ont aussi participé à la manifestation lycéenne du 22 octobre. Peu de monde et marche funèbre organisée mais ce fut un fiasco. Les lycéen-ne-s perdent leur spontanéité a profit de petit-e-s chefs qui émergent et qui imposent des choix pas forcément judicieux, d’où l’importante défection. De plus leur service d’ordre est des plus stalinien. Dès la rentrée du 2 novembre une AG est prévue pour discuter de la continuation du mouvement, en espérant que les autres facultés suivent, car c’est une habitude clermontoise de partir seul. Les syndicats de travailleurs nous aident comme certains secteurs de Solidaires (PTT, Éducation, Rail).

La CGT locale impose aussi des choix aux lycéens et aux étudiants ce qui ne passe pas très bien. Des tensions commencent à apparaître dans les AG étudiantes. Les réformistes se heurtent aux anarchistes.

Des débats longs et inutiles émaillent les dernières AG. Les JC entretiennent une guéguerre contre la CNT-AIT. Ces tensions sont sûrement dues à la fatigue causée pas un mouvement dur à mener.

Malgré les signes encourageants, les actions radicales ont du mal à s’exporter sur les autres sites, que ce soit la fac de droit, la fac de langues ou la fac de sciences. Les vacances risquent de casser l’entrain mais si la mobilisation grandit, les universités clermontoises en feront partie.

Lény (AL Clermont-Ferrand)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut