syndicalisme

Contre le projet El Khomri : de la pétition à l’action

Version imprimable de cet article Version imprimable


Est-ce enfin la goutte d’eau ? Est-ce enfin l’étincelle ? Est-ce la vilenie de trop, de la part de ce gouvernement PS-Medef ? Le projet de loi El Khomri a déclenché un énorme buzz de colère sur les réseaux sociaux. Mais cette colère ne doit pas rester virtuelle.

Le projet de loi El Khomri constitue une nouvelle attaque du gouvernement et du patronat contre les travailleurs et les travailleuses. Sous prétexte de simplifier un Code du travail présenté comme trop compliqué, ce projet de loi introduit en fait une multitude d’exceptions, d’exemptions et de dérogations pour détricoter ce code qui protège un minimum les salarié.e.s.


Carte des actions pour le 9 mars !


Le patronat réclame, le gouvernement exécute.

Face à cette attaque d’ampleur, la riposte s’organise à travers plusieurs réponses unitaires.

Ces initiatives ne sont qu’un premier pas dans la construction de la riposte nécessaire. Si une pétition permet de se compter, de poser un premier jalon, d’engager des discussions qui sont l’occasion de convaincre surtout quand elle signée sur papier, personne ne pense que cela est suffisant pour gagner contre un projet de loi.

Pour cela, il faudra construire la grève.

Une intersyndicale large (additionnée d’un syndicat étudiant et de deux syndicats lycéens) se réunit aujourd’hui et une intersyndicale spécifique à la Fonction publique se réunit demain. On ne peut imaginer qu’elles ne se concluent pas par un appel à l’action.

Mais pour gagner, il faudra s’en saisir localement sur nos lieux de travail, dans nos villes pour construire les conditions d’une grève reconductible, organiser des actions, parvenir à dépasser la seule manifestation de masse pour s’engager dans le blocage de l’économie.

Aurélien (AL Paris-Sud)

Photo : cc Chris93/Wikimedia Commons

 
☰ Accès rapide
Retour en haut