DOM-TOM : Reprise en main contrariée

Version imprimable de cet article Version imprimable


En quelques mois le pouvoir chiraquien a accumulé les défaites électorales dans les DOM-TOM perdant le pouvoir en Guadeloupe, en Polynésie mais aussi en Nouvelle-Calédonie. C’en était trop, il fallait donner un coup d’arrêt à ce processus de déchiraquisation des DOM-TOM.

En Guadeloupe, le pouvoir s’est efforcé de mettre au pas une organisation syndicale radicale. En Polynésie, il a renversé le gouvernement indépendantiste en retournant un de ses élus. Dans les deux cas cette stratégie des coups tordus a été mise à mal grâce à une mobilisation de masse. C’est cette mobilisation qui a permis de libérer Michel Madassamy en Guadeloupe, c’est elle qui a permis d’obtenir la dissolution de l’Assemblée de Polynésie et l’annulation d’une partie du scrutin mais tout n’est pas gagné.

Si le pouvoir colonial est toujours en place, ses méthodes autoritaires rencontrent une résistance accrue qui l’empêchent d’avoir le dernier mot.

À n’en pas douter elles constituent des moments important dans le long combat pour la nécessaire émancipation des peuples colonisés.

L.E.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut