Daech : généalogie d’un État djihadiste

Version imprimable de cet article Version imprimable


À l’origine de Daech, il y a la guerre d’Irak lancée en 2003 sous l’égide des États-Unis – et dans laquelle l’État français avait à l’époque refusé de s’engager. C’est en effet dans le chaos provoqué par l’effondrement du régime de Saddam Hussein qu’est créée Al-Qaïda en Mésopotamie. Cette organisation salafiste djihadiste alors dirigée par Abou Moussab Al-Zarqaoui va se faire connaître en harcelant l’armée d’occupation américaine par des attaques-suicides et des attentats presque quotidiens. Dès cette époque des liens se tissent, dans les geôles américaines, entre les anciens officiers du pouvoir baasiste et les futurs cadres dirigeants de Daech.

En 2011, quand les Etats-Unis finissent de se retirer d’Irak en laissant à l’armée irakienne des milliards de dollars de matériel militaire, l’État islamique d’Irak (EII), dans lequel s’est fondue Al-Qaïda en Mésopotamie, compte environ 5 000 hommes. C’est une partie de ces hommes qui, à partir du début de la révolution syrienne, rejoindront le Front Al-Nosra pour combattre Bachar Al-Assad et conquérir l’hégémonie au sein de l’opposition armée.

Grâce à ses moyens financiers, à son organisation militaire et à sa méthodique cruauté, l’EII parvient à s’étendre en Syrie et se proclame État islamique en Irak et au Levant (EIIL, également désigné par l’acronyme anglais ISIS ou par l’équivalent arabe Daech). Dès lors, l’objectif n’est plus seulement de se livrer au djihad mais bien d’instaurer un nouveau pouvoir politique et d’imposer la loi islamique sur les territoires conquis.

En juin 2013, Daech prend le contrôle de Raqqa et soumet la population par la terreur : les opposants politiques subissent des châtiments cruels allant souvent jusqu’à la décapitation ou la crucifixion. Raqqa devient la capitale officieuse de l’EIIL qui, en juin 2014, lance ses troupes sur Mossoul, au nord de l’Irak. La ville est prise presque sans combats suite à la désertion massive des soldats irakiens, qui laissent derrière eux l’équipement militaire américain flambant neuf.

Le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, émir de l’EIIL, proclame le califat sur un territoire d’environ 200 000 km² à cheval sur la Syrie et l’Irak. C’est cet État djihadiste qui est aujourd’hui la cible de la coalition internationale.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut