Dossier Kurdistan : Infographie : la galaxie kurde

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un organigramme pour visualiser le mouvement kurde dans ses lignes de force.

JPEG - 836.7 ko
Cliquer pour agrandir

Les autres articles du dossier :

Des fonds pour la révolution !


Dans le mouvement kurde, foisonnant de partis et d’associations, deux pôles antinomiques : à droite, le Parti démocratique du Kurdistan (PDF), dirigé par Massoud Barzani ; à gauche, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d’Abdullah Öcalan.

Si le PDK domine en Irak, où il dirige le Gouvernement régional du Kurdistan, dans l’orbite d’Ankara et de Washington, le PKK est le centre de gravité de la gauche kurde en Turquie, Syrie et Iran.

Dans chaque cas, le modèle est le schéma est le suivant : le parti, une organisation de femmes, une organisation de jeunesse, des unités de combattants (mixtes), des unités de combattantes. L’ensemble est relié par l’Union des communautés du Kurdistan (KCK) dont le comité exécutif est le Kongra Gelê, c’est-à-dire le PKK.

En Turquie, le PKK influence deux partis légaux : le DBP (au Kurdistan) et le HDP (hors du Kurdistan), qui est une coalition de diverses forces de gauche, révolutionnaires, féministes, écologistes et LGBTI.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut