dimanche, 23 novembre 2014
 
 

Edito : Guerres croisées : à qui le tour ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Alors que les ruines de l’Irak sont encore fumantes - rappelons que la coalition anglo-américaine a largué et dirigé 25 000 bombes et missiles sur l’Irak en quelques semaines - voici que les croisés évangélistes qui dirigent l’administration étatsunienne parlent de livrer bataille à la Syrie et peut-être à l’Iran. Une nouvelle guerre que Sharon, il a été le premier à réagir positivement aux coups de menton des Bush, Rumsfeld et Powell contre la Syrie, appelle de ses vœux.

Oui, il faut stopper au plus vite leurs entreprises criminelles.

Le remodelage du Moyen-Orient est en marche. Il s’agit bien d’humilier davantage les peuples arabes et de leur montrer qui sont les vrais maîtres économiques et politiques de la région.

Ce sont bel et bien des brigands qui sont dans la place irakienne. Ils ont pour nom : complexe militaro industriel, BTP, majors du pétrole et pour être plus précis dans le domaine des nouvelles technologies Lucent et Motorola.

Unilatérale ou avec le concours du G8 et de l’ONU la reconstruction de l’Irak restera une affaire de brigands.

Le peuple irakien n’aura pas eu le temps de souffler après la chute de la dictature de Saddam Hussein qu’il voit la coalition anglo-américaine faire appel à la police du boucher de Bagdad pour assurer le maintien de l’ordre dans les villes. Cette police qui a réprimé, torturé et assassiné pendant 34 ans et jusqu’à il y a encore quelques jours. Elle a maintenant pour mission de s’opposer aux pillards et de laisser faire les prédateurs des grandes firmes capitalistes qui viennent faire main basse sur toutes les richesses de l’Irak.

L’heure n’est pas à la pause pour les anticapitalistes, les anti-impérialistes, les opposant(e)s à la guerre.

Plus que jamais le combat continue et doit s’amplifier par la mobilisation de masse pour obtenir le retrait des troupes d’occupation coloniale en Irak et en Afghanistan, mais aussi dans la Tchétchénie de Poutine. Ce combat est aussi un combat intransigeant contre le racisme et l’antisémitisme stimulé par l’esprit de croisade et de haines communautaires attisées par le couple Bush/Ben Laden.

C’est enfin un combat pour les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes qu’ils soient kurdes, palestiniens ou tchétchènes.

C’est par eux-mêmes et grâce à l’appui des peuples du monde entier qu’ils se libèreront et certainement pas par des bombardements et l’aide de ceux qui veulent être les gendarmes du monde.

En France aussi, le gouvernement a recours à cette guerre qu’on dit sociale pour détruire tout ce qui fait obstacle à la loi du profit. Raffarin s’emploie à tout faire pour « sécuriser » les profits en accordant des avantages fiscaux aux plus riches (impôt sur la fortune, impôt sur le revenu) au prix d’une insécurité sociale généralisée pour le reste de la population.

Il faut stopper rapidement cette politique de destruction méthodique de tous nos droits.

Notre seule arme est la lutte.

Notre seule stratégie pour l’emporter sur les retraites, l’emploi, la sécu, c’est la grève générale interprofessionnelle reconductible.

Notre seule alternative aux politiques capitalistes est la redistribution généralisée des richesses.

Il est vraiment temps de passer à l’action.

Alternative libertaire, le 15 avril 2003