AL de mai est en kiosque !

Edito : Le pouvoir en question




Les initiatives Nuit debout sont hétérogènes dans leur dynamique et leur composition. À travers elles se trouve posé la difficile question du pouvoir. D’abord : que pouvons nous face aux politiques actuelles ?

Le principe de la convergence des luttes se trouve posée dans ces rassemblements. Ceux-ci offrent un cadre pour celles et ceux qui sont isolé-e-s car précaires. Mais le risque est de favoriser la désertion des lieux où se construit la confrontation de classe (les entreprises ou les lieux de scolarité) au profit d’une conflictualité seulement symbolisée par des discours sur « la lutte » ou « le pouvoir oligarchique ».

Ensuite, la question de la réappropriation de la politique est revendiquée. Mais cette question est pertinente si elle s’extrait d’un certain « entre-soi » social et des modes d’action qui y sont liés : la fascination pour le radicalisme verbal ou la culture universitaire. Aussi l’occupation de places publiques ne signifie pas réappropriation.

Pour cela il faut intervenir dans les espaces où s’exerce le pouvoir économique et policier sur la population : les quartiers quels qu’ils soient. Reste que se bâtit une culture de lutte démocratique salutaire. Mais comme dans tout mouvement, la question qui doit nous guider est : que restera-t-il de cela ? Quels sont les points de non-retour que nous avons réussi à atteindre ?

Alternative Libertaire, le 28 avril 2016


Ou trouver notre journal en kiosque près de chez vous ?

 
☰ Accès rapide
Retour en haut