international

El Libertario (Venezuela) : « Le “chavo-madurisme” n’est rien moins qu’une dictature pure et simple »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le Venezuela est aux prises avec un mouvement social sans précédent. Le gouvernement Maduro se maintient au pouvoir et use d’une sanglante répression, faisant peser le spectre d’une véritable guerre civile. L’illusion d’une prétendue « Révolution bolivarienne » au service du peuple, telle qu’elle était vendue par Hugo Chavez à l’aube du XXIe siècle, craque devant une réalité sociale dramatique. Entretien avec des militantes et militants du groupe anarchiste El Libertario, de Caracas, sur leur action et leur analyse.

Alternative Libertaire : Depuis quatre mois, la situation politique et sociale au Venezuela est très tendue avec des manifestions constantes contre le gouvernement Maduro. Pouvez-vous revenir sur les raisons de cette révolte ?

El Libertario : Le gouvernement prétend que ce mouvement est le résultat d’une vaste conspiration de l’impérialisme US, de la bourgeoisie et de l’opposition d’extrême droite. Cette explication, très empreinte de vieilles recettes staliniennes, est simpliste et en grande partie fausse.

Les causes essentielles du mécontentement sont en lien avec la situation économique qui est catastrophique, conséquence de la dépendance exclusive à l’exportation de « notre » pétrole. Maintenant, que cette extraction est moindre et, surtout, que les cours sont en chute libre, c’est toute l’économie du pays qui s’en ressent. Le mirage économique du Venezuela de Chavez et l’idée fausse de cette inépuisable rente pétrolière, qui il y a quelques années encore nourrissait l’illusion de « construire le socialisme », sont en train de s’effondrer, et avec eux les acquis sociaux ; d’où une paupérisation vertigineuse des classes populaires.

Un autre aspect à mettre en avant, dans ce contexte de révolte populaire, a trait à la nature même des gouvernements qui se sont succédé depuis 1999, avec comme caractéristiques communes : une corruption galopante, une incompétence réelle et un autoritarisme exaspérant avec son lot de répression et de violence d’État.

Aujourd’hui, le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple.
L’opposition institutionnelle au Chavisme, une alliance de partis sociaux-démocrates et de droite, appelée Plateforme d’unité démocratique (MUD), prétend être l’unique représentante de ces manifestations de masse. Dans les faits, le mouvement est la conséquence de la crise économique et de la lassitude populaire de voir cette caste politico-militaire s’accrocher au pouvoir.

L’élément relativement nouveau, c’est la participation désormais massive aux manifestations du « peuple d’en bas ». Quels éléments expliquent cette rupture entre le peuple et le chavisme ?

El Libertario : Il y a toujours eu des secteurs critiques au sein du peuple, notamment dans le monde syndical, qui ne nourrissaient aucune confiance envers Chavez. Ces groupes minoritaires il y a encore douze ou quatorze ans, n’ont cessé de croître avec la disparition de l’incontestable charisme de Chavez, dont la mort a coïncidé avec le recul des recettes pétrolières. A partir de là, a cessé l’illusion de l’inconditionnel appui populaire au régime, et ce d’autant plus que ses dérives (corruption, inefficacité et répression) crevaient les yeux.

Un des symboles de ce divorce concerne la politique sociale du chavisme. Pendant des années, le régime vantait sa politique sociale, en lien avec une supposée répartition et redistribution des ressources issues du pétrole. Il mettait, notamment, en avant ce que l’on appelait les « missions », à savoir : un vaste programme d’amélioration du quotidien des plus pauvres (magasins populaires, assainissement des quartiers, droit à la santé et à l’éducation). Depuis l’avènement de Maduro, les « missions » ont été stoppées net. D’où la montée du mécontentement et l’implication des classes populaires dans le processus actuel de mobilisation.

Quel est le rôle joué et le poids du mouvement libertaire au sein de ce mouvement contre Maduro ?

El Libertario : L’anarchisme a toujours été présent dans la tradition historique de la lutte de classe au Venezuela, comme dans une grande partie, d’ailleurs, des pays d’Amérique latine. Une tradition, néanmoins, plus faible aujourd’hui, en dépit des efforts que nous faisons, depuis 1995, autour de notre groupe et de notre journal El Libertario.

Même si, incontestablement, nous représentons une minorité militante dans le paysage politique du pays, nous tâchons de nous inscrire dans toutes les luttes sociales.

Nous y affirmons notre identité en opposition à toute forme de pouvoir autoritaire (qu’il se dénomme « gouvernement » ou partis d’opposition). Nous y défendons nos mots d’ordre : autogestion, action directe et autonomie des mouvements sociaux.

Quelles perspectives ouvre ce cycle de contestation ? Ne craignez-vous pas que la fin possible du chavisme soit du pain bénit pour un retour aux affaires de la vieille oligarchie aux ordres de Washington ?

El Libertario : Nous luttons pour une société égalitaire, la liberté et la fraternité. Aussi, notre perspective immédiate est la bataille, frontale et sans concession, que nous menons contre la caste « chavo-maduriste » qui, sous couvert de discours pseudo-socialistes et pseudo-révolutionnaires détient, pour l’heure encore, les rênes du pouvoir.

En même temps, nous ne nous faisons aucune illusion sur ce qui pourrait advenir sitôt le chavisme renversé. Nous avons la conviction, en tant qu’anarchistes, que notre lutte se poursuivra quel que soit le gouvernement au pouvoir, qu’il soit aux ordres de l’impérialisme yankee ou de La Havane.

Propos recueillis et traduction par Jérémie Berthuin (AL Gard)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut