social

Face à la précarité, soyons solidaires !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Plus de 5 millions de chômeurs dont une part croissante de longue durée, près de 85 % des nouveaux contrats de travail en CDD, hausse massive de l’intérim, insertion de plus en plus tardive sur le marché du travail, etc. Ces tendances ne sont pas nouvelles mais elles connaissent une accélération exponentielle depuis 2008 et la dernière crise capitaliste en date. La précarité tend à devenir la règle sur le marché du travail, et la stabilité l’exception au bénéfice de certains secteurs encore – pour combien de temps ? – protégés.

Cette recomposition à l’œuvre de la structure salariale n’est autre que le fruit de l’affrontement, du rapport de force entre dirigeants capitalistes et travailleurs, tournant au net avantage des premiers dans un contexte de concurrence internationale exacerbée. Au prétexte de la crise, installée en Europe depuis les années 1970 et aggravée depuis 2008, la bourgeoisie est à l’offensive, presse de ses coups de boutoir le droit de travailleurs et travailleuses afin de conserver ses marges de profit en renforçant l’intensité de l’exploitation. Bref, le capitalisme s’enfonce dans ses contradictions, entraînant avec lui dans le précipice l’immense masse des travailleurs et travailleuses sur les cinq continents.

Dans ce contexte de précarisation croissante, le risque de voir des pans importants des travailleurs et travailleuses se désengager des luttes sociales devient majeur. La hausse des prix, la baisse des salaires, la précarité énergétique, sociale, liée à l’hébergement, le désengagement de l’État, la casse des services publics (et notamment du service public de l’emploi), tout cela précarise davantage le prolétariat et risque de réduire sa capacité à lutter dans les prochaines années.


via GIPHY


Contre la précarité, pas de fatalité, seules la lutte et la solidarité payeront

Alarmée par ce constat, Alternative libertaire a adopté dès son XIe Congrès à Toulouse en 2012 un texte spécifique sur l’organisation et la lutte des précaires, préoccupation qui a été réaffirmée dans la motion d’orientation générale de notre dernier Congrès en 2015.

Afin de mettre en application ces décisions, plusieurs camarades ont décidé de s’organiser horizontalement au sein d’une commission qui investirait ce champ, au fort potentiel mobilisateur. Cette commission, dont la création a été annoncée lors de la coordination fédérale (réunion de délégués de l’ensemble des groupes AL en France) d’octobre dernier, a pour nom « Précarité et solidarité directe ». Solidarité car face à la précarité c’est seulement en montant des structures, en menant des actions qui créent et tissent des liens, qui répondent aux situations individuelles et collectives les plus urgentes que l’on pourra combattre efficacement les attaques capitalistes. La question de l’articulation avec les organisations syndicales se posera d’ailleurs également avec acuité.

Cette commission aura pour première tâche d’informer, de permettre l’échange de pratiques et d’expériences dans ce champ de lutte, de les rendre visibles, ainsi que de mener une réflexion théorique propre à dégager des pistes d’actions porteuses.

Commission précarité


à lire également :

 
☰ Accès rapide
Retour en haut