Infographie : Quel avenir pour l’ex-Liste « antisioniste » ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Avec un score dérisoire mais localisé dans certains quartiers, le Parti antisioniste, agrégat de groupes d’extrême droite, a fait un flop aux Européennes. L’Arlequin antisémite va néanmoins continuer de nuire.

La crise du Front national a favorisé la recomposition à la droite de l’extrême droite. De ces remugles est née la Liste antisioniste présentée aux Européennes de juin en Ile-de-France par le trio Dieudonné-Soral-Gouasmi. Seul leur antisémitisme commun leur a permis de transcender leurs clivages.

GIF - 114.5 ko
Cliquez pour agrandir.

Cela fait plusieurs années que le clown mégalomane qu’est devenu Dieudonné s’enfonce dans l’extrême droite. En 2006 il se promenait à la fête du FN ; en mai 2007 il serrait la main de Le Pen à son QG de campagne présidentielle ; en juillet 2008 il faisait baptiser une de ses filles dans une église catholique traditionaliste avec Le Pen comme parrain ; en décembre 2008, il faisait du négationniste Faurisson la star d’un spectacle-meeting au Zénith. Alain Soral, idéologue d’extrême droite au parcours tortueux, conseiller spécial de Le Pen pendant un temps, est devenu son mentor. Enfin, Yahia Gouasmi, président du centre Zahra France, officine de l’ambassade d’Iran, semble avoir apporté les finances nécessaires à cette campagne électorale.

Pour semer le trouble, la liste était parsemée de quelques candidats étiquetés « syndicaliste », « ancien de la LCR, des Verts, militant libertaire », ou encore « militant altermondialiste et décroissance ».

Certes, cet attelage peu ragoûtant ressemble moins à un vrai courant politique qu’à un agglomérat d’individualités aimantées par la figure médiatique de Dieudonné. Certes leurs résultats sont très modestes par rapport à leurs ambitions premières : 1,30 %.

Un feu de paille ?

Mais dans certaines villes les scores sont parfois relativement élevés comme à Gennevilliers (6,35 %), Les Mureaux (4,95 %), Goussainville (4,67 %), Saint-Denis (4,18 %) et Aulnay-sous-Bois (4,31 %). Même si, rapporté au taux élevé d’abstention, cela correspond simplement à une vingtaine de bulletins de vote par-ci par-là, la vigilance s’impose. D’autant que la pompe à finance Ahmadinejad semble devoir tenir encore quelque temps à la tête l’Iran.

Dans plusieurs villes (Saint-Denis, Paris, Montreuil...), les antifascistes, dont Alternative libertaire [1], se sont mobilisé-e-s pour alerter les populations sur l’imposture de cette liste dite « antisioniste ». Il a fallu affirmer que la libération de la Palestine n’a pas besoin du soutien de racistes patentés. Les organisations pro-palestiniennes progressistes et antiracistes ont elles aussi dénoncé la liste Dieudonné et affirmer l’idéal de solidarité entre les peuples, dans une logique anticapitaliste.

Gabriel L. (AL Paris Nord-Est)

[1] Signalons au passage que la Ligue de défense juive (LDJ), groupe d’extrême droite sioniste, a applaudi AL et autres opposants à Dieudo-Soral. Qu’elle ne se réjouisse pas à tort : AL combat à la fois l’antisémitisme et le sionisme.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut