Interventions policières et répression dans les universités

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le gouvernement a choisi : ce sera la matraque pour les étudiant-es. S’appuyant sur la complaisance de quelques présidents d’universités, les gardes mobiles (militaires) sont intervenus violemment ce matin contre les piquets de grève décidés en assemblée générale de l’université de Nanterre. Dans l’après midi, à Rennes, des étudiant-es ont été chargé-es et arrêté-es par une police qui a fait des arrestations ciblées de militant-es investi-es dans le mouvement étudiant.

Malgré tout, ce mouvement fait tache d’huile. Ce ne sont pas les fermetures administratives des universités ni la répression qui démobiliseront les étudiant-es, au contraire si l’on en juge par les nouvelles universités où étudiant-es, personnels administratifs, ouvriers et enseignants rejoignent la lutte contre la LRU et plus largement contre les tentatives de régressions sociales entreprises par Sarkozy.

La droite cherche à tout prix à casser et à minorer un mouvement massif et craint les convergences, déjà réelles, entre grévistes.

Alternative Libertaire, qui participe activement à la lutte, condamne les interventions policières contre les universités et soutient les mobilisations annoncées en novembre. Seul un mouvement large, convergent et uni pourra faire reculer ce gouvernement.

Alternative Libertaire

Le 13/11/2007

 
☰ Accès rapide
Retour en haut