international

La Turquie doit cesser son agression contre le peuple kurde !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Alors que l’état turc intensifie la répression contre les populations du kurdistan et les militant.e.s progressistes partout sur son territoire, le Conseil Démocratique Kurde en France appel à une mobilisation le 26 décembre, à paris et dans le reste du pays. la Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK) —dont AL est partie prenante— entend bien contribuer à la nécessaire vague de solidarité avec celles et ceux qui luttent et subissent la répression autant que pour rendre visible en France le rôle odieux d’Ankara.

La Turquie doit cesser son agression contre le peuple kurde

Depuis plusieurs mois, la Turquie et son Président R.T. Erdoğan livrent une guerre sans merci au peuple kurde.

De nombreuses villes et villages kurdes sont sous couvre feu, l’armée et la police utilisent de l’armement lourd pour venir à bout de la résistance des populations qui ne demandent rien d’autre que la démocratie et l’autonomie locale. Le nombre des victimes civiles et les destructions augmentent chaque jour dans les villes de Diyarbakır, Silopi, Cirze, Nusaybin, Dargeçit, Silvan, Varto et d’autres.

Pour la Turquie, les ennemis ne sont pas les terroristes de Daesh, mais les Kurdes qui sont en première ligne pour les combattre et les défaire à l’exemple de Kobané, Sinjar ou Tel Abyad. La Turquie soutient les terroristes de Daesh, le PKK les combat.

Combien de voix s’élèvent parmi les Etats de l’Union Européenne pour condamner ces atteintes terrifiantes aux droits humains ? Où est celle de la France ?

La vie d’un ou d’une Kurde vaut-elle moins qu’une autre ?

La CNSK dénonce et condamne ce silence complice qui tue car il arme les fusils et les canons, il encourage R.T. Erdogan dans son autoritarisme et sa négation du droit des peuples et minorités. La France, par la voix de son Ministre des Affaires Etrangères, a considéré que les Kurdes sont des alliés dans la lutte contre Daesh. Alors, pourquoi les laisser se faire massacrer en Turquie sans réagir ?

La CNSK en appelle à une autre attitude de la France et s’adresse en premier lieu au Président de la République française, afin que chacun ait conscience que réprimer et affaiblir les Kurdes, c’est renforcer la capacité de nuisance de Daesh, c’est exposer un peu plus notre pays à sa folie meurtrière.

Pour combattre efficacement Daesh, il faut que la Turquie cesse son agression contre le peuple kurde et qu’elle retire sans tarder le PKK de la liste européenne des organisations terroristes.

Coordination nationale Solidarité Kurdistan : Alternative Libertaire – Amis du Peuple Kurde en Alsace – Amitiés Corse Kurdistan – Amitiés Kurdes de Bretagne (AKB) – Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes – Association Iséroise des Amis des Kurdes (AIAK) Association de Solidarité France-Kurdistan – Centre d’Information du Kurdistan (CIK) – Conseil Démocratique Kurde de France (CDKF) – Ensemble – Mouvement de la Jeunesse Communiste de France – Mouvement de la Paix – MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié́ entre les Peuples) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste Français (PCF) – Réseau Sortir du Colonialisme – Union Démocratique Bretonne (UDB) – Union Syndicale Solidaire – Solidarité́ et Liberté́ (Marseille)


RASSEMBLEMENTS ET MANIFESTATIONS

  • Paris : le 26 décembre, 14 heures — Parvis de Droits de l’Homme (Métro Trocadéro)
  • Grenoble : le 26 décembre, 15 heures — félix poulat
 
☰ Accès rapide
Retour en haut