« La peur va changer de camp » : Un an après la campagne féministe d’AL, continuer le combat




En 2016, Alternative libertaire lançait une campagne féministe contre les violences faites aux femmes. À l’heure où ces dernières sont au cœur de l’actualité, nous devons plus que jamais nous battre contre elles et contre le patriarcat.

Il y a un an, Alternative libertaire lançait sa campagne « La peur va changer de camp » pour lutter contre les violences faites aux femmes. Explicative et revendicative, elle démarra par un important dossier publié dans ce journal en novembre 2016.


Dossier spécial d’Alternative libertaire de novembre 2016, dans le cadre de la campagne d’AL contre les violences faites aux femmes.


Nous voulions faire de ce combat un combat résolument politique, et pour cela expliquer l’origine de ces violences. Notre dossier appuyait donc sur le fait que les violences sexistes et sexuelles, qu’elles se déroulent à la maison, au travail ou dans la rue, sont des outils pour dominer les femmes et pour faire en sorte qu’elles ne se rebellent pas contre le système injuste dans lequel nous vivons : le patriarcat.

Fruit d’un travail de fond, il servit de base pour l’organisation de nombreuses réunions publiques par les collectifs Alternative libertaire dans une vingtaine de villes. Autour de sujets divers, comme les violences domestiques, au travail, ou la représentation de celles-ci dans les films, nous en avons profité pour débattre et échanger sur nos féminismes. Aller à la rencontre des habitantes et des habitants de nos quartiers pour discuter un sujet aussi lourd n’est pas facile, aussi nous avions pris la peine de nous former à l’écoute des victimes avant toute chose.

A Nantes, 500 personnes ont manifesté le 25 novembre.
cc AL Naoned

Le point d’orgue de la campagne fut le 25 novembre. Plusieurs collectifs impulsèrent des actions, rassemblements ou manifestations dans leur ville, et un cortège très fourni et dynamique fut mené lors de la traditionnelle manifestation parisienne. Ces moments de visibilité dans l’espace public sont toujours très importants. Ils nous permettent de voir que nous ne sommes pas seules face aux violences, car le collectif nous renforce. Ils nous permettent également de crier haut et fort ce que nous pensons de ceux qui nous agressent et de la société qui permet cela. Ils nous permettent enfin d’élaborer des stratégies pour continuer à mener la lutte.

Nous tirons un bilan positif de cette campagne, qui a permis de répondre aux deux objectifs que nous nous étions fixés : nous former et former nos camarades sur ces questions, et doter l’organisation d’un discours clair. Il est à noter que cela aura permis également une libération de la parole au sein d’Alternative libertaire.

À l’heure où les « réseaux sociaux » débordent de témoignages de femmes victimes de violences sexistes et sexuelles, il faut plus que jamais continuer ce combat ! Nos énergies serviront à construire un 25 novembre de lutte, dans la rue, aussi large que possible. Pour cela, il nous faut construire des revendications, afin que la parole libérée donne naissance à des mouvements féministes combatifs et vainqueurs. Pour que la peur change de camp, pour qu’elle aille dans le camp des agresseurs, pour que plus jamais ils ne nous dominent ainsi !

La commission antipatriarcat d’Alternative libertaire


DU MATÉRIEL DE CAMPAGNE

Numéro spécial du mensuel (cliquez pour le trouver)
Dossier de 8 pages supplémentaires. 4 euros dans les bons kiosques.
Affiche (cliquez pour commander)
Formats 40x62 cm et 62x80 cm. 5 euros le paquet de 50 (gratuit pour les groupes AL)
Autocollant (cliquez pour commander)
Format 10x14 cm. 5 euros le paquet de 100 (3,5 euros pour les groupes AL)
Argumentaire 8 pages (cliquez pour commander)
3 euros le paquet de 10 (gratuit pour les groupes AL)
Tract (cliquez pour accéder)
pour les manifestations du 25 novembre 2016.

UN SUPPORT VIDÉO

Vidéomontage (clic droit, « enregistrer la cible du lien sous »)
Pour organiser une discussion : des violences sexistes dans plusieurs œuvres de fiction et dans la réalité (38 minutes, 470 Mo à télécharger).

Ce vidéomontage est un outil pour amener les discussions en petits ou grands groupes. L’objectif est de faire émerger des réflexions sur la place des violences faites aux femmes dans l’imaginaire collectif en favorisant une prise de conscience : elles font partie intégrante de notre ordinaire et de notre culture.

Les extraits de ce montage mettent en scène diverses violences morales et physiques. Les réalisateurs les approuvent ou les dénoncent et les présentent de manière plus ou moins criante, choquante, révoltante. Quoi qu’il en soit, les « petites » ou les « grandes » violences « banales » qui sont faites quotidiennement aux femmes contribuent à les menacer et à diffuser un sentiment perpétuel de méfiance et de vulnérabilité parce qu’elles font partie d’un système : le patriarcat.

La lutte pour sa destruction est indispensable. La création d’un rapport de force féministe contre ce système et ceux qui le défendent est nécessaire. La peur va changer de camp.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut