politique

Le 23 juin dans la rue, mais pas aux ordres du régime policier !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Fin du suspense : la manif parisienne est autorisée, mais sur un parcours ridicule. Le compromis accepté par l’intersyndicale nationale est dangereux. Malgré tout AL appelle à manifester demain, à Paris et ailleurs.

Face au mouvement social qui touche tout le pays depuis trois mois et demi, le gouvernement décide maintenant d’interdire les manifestations ! Comme le 29 novembre 2015, lors de la Cop21, plusieurs organisations, dont Alternative libertaire, avaient publiquement décidé de braver l’interdit.

Valls, Cazeneuve et consorts en ont fait des tonnes sur la casse de 15 vitres de l’hôpital Necker : faut-il leur donner les noms des vrais casseurs, les noms de ceux qui ont détruit des milliers de lits d’hôpitaux dans tout le pays ces dernières années ?

Cette interdiction s’inscrit dans le cadre de l’État d’urgence mis en place fin novembre avec l’aval de 900 des 908 parlementaires français.

Ce n’est pas au gouvernement de nous dire si nous avons le droit, ou non, de descendre dans la rue. Ridicule et dangereuse est la solution dite de compromis avalisée par la CGT et FO puis par l’intersyndicale nationale : un p’tit tour autour de la place de la Bastille ! Il y a là un choix de ne pas assumer une opposition frontale au gouvernement alors que celui-ci l’assume pleinement pour casser le syndicalisme de luttes, pour briser les résistances populaires.

Alternative libertaire appelle à manifester demain, à Paris (malgré tout) et ailleurs : avec toutes celles et tous ceux qui refusent le projet de loi Travail et combattent les mesures liberticides.

Alternative libertaire, le 22 juin 2016

 
☰ Accès rapide
Retour en haut