Le fascisme en actes : Violences d’extrême droite

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’actualité récente semble contredire tous les gens pour qui l’antifascisme est sans importance. S’il ne faut pas la surestimer l’extrême droite ne devrait jamais faire l’objet d’une indifférence. L’indifférence c’est cautionner les discours et les actes de l’extrême droite.

Cela fait déjà plusieurs mois que la communauté musulmane, en France, est régulièrement visée par des actes violents commis généralement par des citoyens d’extrême droite mais non organisés. Ces actes sont souvent tus par les médias généraux ainsi que par la majorité de la classe politique et l’opinion publique reste passive ou parfois même cautionne ce genre d’actes criminels visant une certaine catégorie de Français.

Islamophobie et homophobie

On a recensé, depuis l’assassinat de Clément le 5 juin dernier, plus d’une dizaine d’agressions violentes et parfois armées contre des femmes musulmanes comme à Orléans, Paris, Argenteuil, etc…, un attentat avorté contre une mosquée qui avait été planifiée par un soldat d’extrême droite près de Lyon et une augmentation sensible des agressions verbales et physiques en tout genre.

Depuis le mouvement contre le mariage gay, du printemps dernier, l’extrême droite s’est posée en résistante face à ce qu’elle considère comme la déliquescence de la société orchestrée par la «  dictature socialiste  » du P.S. Ce qui dans les faits s’est traduit par une nette augmentation des agressions anti-L.G.B.T à travers tout le pays.

L’extrême-droite en croisade contre l’anti-France

Comme à Lille ou à Bordeaux par exemple où des bars gays ce sont fait attaquer par de jeunes militants d’extrême droite en avril dernier. Mais les fachos ne se sont pas contentés d’attaquer des locaux et ils s’en sont pris régulièrement à de nombreuses personnes comme à Nice ou à Paris. De même des menaces et des agressions se sont multipliés contre des militantes et militants de gauche. Le summum de cette violence a été atteint avec l’assassinat de Clément Méric le 5 juin dernier. En juin dernier également des militantes et militants antifascistes se faisaient tirer dessus dans la commune de Poligny dans le Jura. Depuis la rentrée ce climat de violence reste exacerbé. En effet le 22 septembre les militantes et militants de Ras l’Front Rouen ont reçu des menaces de mort par mail. Puis les 17 et 21 octobre dernier deux militantes du syndicat de l’Unef Paris se sont fait agresser violemment, dont une avec un cutter et celles-ci ce sont d’ailleurs fait menacer de viol.

L’extrême droite s’en est pris aussi à d’autres minorités comme les Roms, les personnes racisées  et tout ce qui ne rentre pas dans leurs conceptions idéologiques de ce qu’est un bon Français. Mais le plus grave c’est l’attitude du gouvernement «  socialiste  » notamment dans leur discours de stigmatisation des communautés musulmanes et Roms, la persévérance dans leurs politiques migratoires d’exclusions et la réappropriation par le PS de certains thèmes de l’extrême droite.

Ne pas se laisser intimider

Face à ce déferlement d’actes racistes envers les musulmans mais aussi envers les Roms, les juifs, les personnes racisées et les L.G.B.T,et les militantes et militants libertaires doivent rester vigilant-e-s et proclamer haut et fort que l’autodéfense est un droit pour les opprimé-e-s et doivent dénoncer ces agressions qu’elles viennent d’individus, de la police, de l’État ou de groupes organisées. Ce n’est donc pas le moment d’abandonner le terrain à l’extrême droite !

James C. (AL Paris Sud)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut