Syndicalisme

Les 7 grévistes de la faim de SUD Poissy ont fait plier la direction de PSA

Version imprimable de cet article Version imprimable


Il aura fallu 44 jours de grève de la faim collective dans des conditions matérielles très rudes associés à différentes actions , manifestations, tribunes médiatiques et soutiens extérieurs pour obtenir gain de cause face au système PSA.

Seule la lutte paie.

Malgré la souffrance physique tout au long de leur combat et durant diverses phases de négociation et de médiation, les 7 militants syndicaux ont refusé de se laisser acheter par la direction de PSA et ont maintenu des revendications collectives tout en dénonçant la gestion inhumaine et les terribles conditions de travail des salariés de PSA.

Face à ces indomptables, PSA a été contraint de lâcher sur des revendications, reconnaissant implicitement sa gestion inhumaine et désastreuse du personnel ainsi que la discrimination syndicale dont étaient l’objet les militants et la section SUD Auto :

- Évaluation par l’Inspection du travail de l’équité de traitement entre les syndicats au sein de PSA Poissy ;
- Mise en œuvre par la médecine du travail, sous couvert de l’inspection du travail, d’une étude sur la souffrance au travail et les risques psycho-sociaux encourus par le personnel ;
- Non sanction à l’encontre des grévistes et des soutiens internes salariés de PSA qui n’ont pas cessés d’être menacés de façon oppressante durant toute la durée de cette lutte ;
- Reconnaissance du niveau de compétence des ouvriers grévistes par l’attribution de postes de travail pérennes et adaptés, ce qui met fin à leur mise au placard ;
- Paiement de la quasi totalité des jours de grève et reconnaissance de la nécessité d’un maximum de trois mois d’arrêt maladie payé à taux plein au vue de leur état après cet éprouvant combat syndical qui a mené leurs organismes à ses limites.

C’est tous ensemble, grévistes et comité de soutient où AL 78 s’est pleinement impliqué que nous avons pu rendre publique ce combat syndical que PSA voulait étouffer et laisser pourrir. La lutte des 7 de PSA a permis de briser l’omerta sur une gestion des ressources humaines qui vise à briser l’individu.

Une belle leçon qui démontre que c’est collectivement et sans compromission ni renoncement que les salariés peuvent faire face et contrer un patronat sans état d’âme.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut