Les Classiques de la subversion : Karl Korsch, « Marxisme et philosophie »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Karl Korsch est un intellectuel marxiste particulièrement intéressant pour enrichir la pensée libertaire. Proche du communisme des conseils, il participe au mouvement révolutionnaire allemand en 1919. Il estime que la révolution sociale ne peut provenir que de l’auto-organisation du prolétariat. Karl Korsch propose un marxisme critique qui attaque toutes les idéologies, à commencer par le marxisme idéaliste.

Dans Marxisme et philosophie, il fait voler en éclat le bavardage de la vulgate léniniste et autoritaire. Contre le marxisme mécanique attaché à une avant-garde, Karl Korsch estime que la conscience révolutionnaire émerge directement dans les luttes. Il refuse donc la séparation entre la théorie et la pratique. Les conseils ouvriers et les assemblées de lutte doivent produire leur propre réflexion pour développer une conscience révolutionnaire. Mais, contrairement aux anarchistes et aux gauchistes, il ne se contente pas d’une simple dénonciation morale du marxisme autoritaire, qui se borne à opposer une idéologie à une autre. Au contraire, il applique l’analyse marxiste et le matérialisme dialectique au marxisme lui-même.

Pour lui, le triomphe des idéologies réformistes et autoritaires semble lié à une séparation entre la théorie et la pratique. Au cours de l’histoire du mouvement ouvrier, les intellectuels marxistes s’éloignent toujours davantage des luttes et du prolétariat. Les différentes variantes du marxisme, de la social-démocratie au léninisme, refusent alors de remettre en cause l’État. Ensuite, le marxisme n’est plus la pensée vivante de Marx mais regroupe un émiettement de disciplines spécialisées (économie, philosophie, sociologie).

L’idéalisme prime alors sur la pratique révolutionnaire, à l’encontre de la démarche de Marx. En Russie, le parti central et l’idéologie bolchevique peuvent alors se substituer aux soviets. Au contraire, le marxisme critique demeure attaché à l’émancipation humaine. « Le socialisme est dans sa destination et sur tout le chemin une lutte pour la réalisation de la liberté », souligne joliment Karl Korsch.

Marxisme et philosophie permet toujours de dénoncer les impostures idéologiques, comme la mascarade du Front de gauche. Surtout, la démarche de Karl Korsch s’oppose aux intellectuels marxistes à la mode. Aujourd’hui, les Badiou, Zizek et autres Negri se contentent de parader dans les colloques de philosophie. Ils semblent totalement déconnectés de toute pratique de lutte. Ainsi, pour ces radicaux mondains, l’émancipation ne peut pas provenir des luttes sociales, mais uniquement des élucubrations théoriques de quelques intellectuels bourgeois.

Sylvain (Montpellier)

• Karl Korsch, Marxisme et philosophie, Allia, 2012, 144 pages, 9,20 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut