Les brèves de l’été 2007

Version imprimable de cet article Version imprimable


Antiracisme = « déviance intellectuelle »

Une exposition sur les centres de rétention intitulée « Ceci n’est pas une prison » organisée par la Cimade, l’UCIJ et RESF s’est vue refuser le droit d’asile dans le village de La Perrière (Orne). Le maire UMP a fait pression sur l’association La Friche, qui devait accueillir l’événement dans ses locaux, jugeant que l’exposition était une forme de « déviance intellectuelle » ! Heureusement pour nos camarades, l’exposition a trouvé refuge dans une petite galerie de la même commune, n’en déplaise à monsieur le maire et son slogan : « Suivez la ligne et serrez à droite ! »

Le taureau broie du noir et voit rouge

La grève lancée depuis le 29 mai, s’étend chez Buffalo Grill et touche désormais 25 restaurants en France. Les employé-e-s sans papiers – principalement maliens – que la chaîne surexploitait à coup d’heures supplémentaires non payées sont décidé-e-s à se battre jusqu’au bout pour leur régularisation et le maintien de leurs CDI. À titre d’exemple, les grévistes de Viry-Châtillon (Essonne) occupent le parking de leur magasin jour et nuit et multiplient les appels à la solidarité.

SNCF : service minimal

Selon la CGT-Cheminots, la SNCF a établi une étude portant sur 6 000 incidents ayant entraîné des retards ou annulations de train. Il en ressort que 70 % sont dus à des dysfonctionnements de l’organisation interne, 28 % d’avarie matérielles… et 2 % aux seuls mouvements sociaux.

Europe : voilà le plan B !

Avant fin 2007 l’Union européenne produira un nouveau traité « simplifié », à ratifier en 2009, pour sortir de l’impasse où elle se trouve depuis les Non français et néerlandais aux référendums de 2005. On se souvient que la Constitution européenne de 2005 était pour l’essentiel une arme contre les droits des travailleuses et des travailleurs, notamment sa partie III (72 % du volume du texte) qui était un agglomérat de directives patronales de tous ordres. Cette partie III serait retiré du nouveau texte, baptisé « traité modificatif » et non « Constitution », pour éviter d’avoir à le soumettre à référendum. Un point plus détaillé sera fait en septembre.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut