Communiqué AL

Les lycées rejoignent la colère !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis lundi 3 décembre, des centaines de lycées ont connu des blocages ou tentatives de blocages dans des dizaines de villes. Toulouse, Bordeaux, Pau, Lyon, Rennes, Nice, Dijon, Limoges, Orléans... Au total, ce sont des milliers de lycéens et lycéennes qui ont manifesté. Vendredi dernier, une trentaine de lycées avaient connu des tentatives de blocages. Cette montée en puissance de la mobilisation est impressionnante et a toutes les raisons de s’amplifier encore davantage dans les jours à venir.

Au-delà de l’appel des syndicats lycéens, cet élan est bien la conséquence de l’actuel climat de révolte qui s’enracine. C’est une preuve de plus que l’ambiance sociale et politique a considérablement changé en quelques jours. Il est propice a l’explosion d’une colère et d’un ras le bol profond, chez les travailleurs et travailleuses comme dans la jeunesse.

Les réformes actuelles du gouvernement dans l’Éducation nationale, la sélection à travers la loi ORE et la mise en place de Parcoursup ne représentent qu’une face d’un rejet plus profond du projet de société porté par ce gouvernement au service des capitalistes.

Nous ne sommes pas naïf-ves, nous voyons bien ce qu’on nous réserve lorsqu’on barre aux enfants de classes populaires l’accès à l’Université. On voit bien ce qui nous attend quand on voit ses parents galérer à boucler le mois et l’entourage enchaîner les CDD, les périodes de chômage et les missions d’intérim précaires. A accepter sans broncher les pires conditions de boulots et les humiliations des petits chefs pour ne pas perdre son taff. La vie chère, le mépris des gouvernants, l’injustice et les inégalités...

Toute cette colère des gilets jaunes, les jeunes aussi la partagent. Mais une nouvelle fois, le gouvernement n’a qu une seule réponse : la répression policière. Les flics sont déchaînés. Ils tabassent, mutilent, enferment et ont même failli tuer un lycéen à Orléans.



C’est à nous d’amplifier la mobilisation, de nous organiser et nous coordonner. De discuter de nos revendications en organisant des assemblées générales et des discussions dans nos lycées. D’aller à la rencontre des étudiantes et des salarié.e.s en lutte. Le gouvernement de Macron est plus que jamais affaibli.

Contre la sélection à l’Université, l’augmentation des frais d inscription pour les étudiant.es étranger.es, pour l’augmentation des salaires et la répartition des richesses. Passons à l’offensive !

Alternative libertaire , le 5 décembre 2018

 
☰ Accès rapide
Retour en haut