Réunion publique d’AL

Les responsabilités de l’Etat dans les violences racistes, le 17 février à Paris

Version imprimable de cet article Version imprimable


Réunion publique-débat, dans le cadre de la Semaine anticoloniale, avec Kamel Badaoui, Ramata Dieng, et des militantes et militants d’AL. Lundi 17 février, 19h-22h, espace Louise Michel, 42 ter rue des Cascades, Paris 20e (métro Jourdain).

Les agressions racistes ont été nombreuses ces derniers mois (agression de plusieurs filles voilées à Argenteuil, à Reims, Orléans, agression d’un jeune Cap-Verdien à Chelles, etc).

Ces agressions s’inscrivent dans un climat entretenu par l’État (crimes policiers racistes impunis, chasse aux sans-papiers, radicalisation du discours anti-Roms, islamophobe et xénophobe au plus haut sommet de l’Etat, dans les partis et dans les médias).

Ce climat n’est pas étranger à la stigmatisation des quartiers populaires, de ses habitants et notamment de sa jeunesse, vue comme nouvel ennemi intérieur. Il n’est pas étranger non plus aux discriminations, à l‘exploitation et aux mesures sécuritaires spécifiques auxquelles sont soumises ces populations, qu’elles soient roms, immigrées, sans papiers ou française issue de la colonisation. Enfin, il n’est pas étranger aux luttes et résistances qui tentent de se construire depuis trente ans.

Comment résister à la banalisation du racisme, à la montée de l’extrême droite, et aux politiques inégalitaires de l’Etat ?

Pour discuter de cela avec nous, nous recevrons Kamel Badaoui, du Front uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP), Ramata Dieng, membre du collectif Vies volées (regroupant les familles des victimes de violences policières) et du comité Vérité et Justice pour Lamine Dieng, ainsi que des militantes et militants d’Alternative libertaire.

Lundi 17 février, 19h-22h, espace Louise Michel, 42 ter rue des Cascades, Paris 20e (métro Jourdain).

JPEG - 133 ko
 
☰ Accès rapide
Retour en haut