Réédition

Lire : Baillargeon, « L’Ordre moins le pouvoir »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Cette quatrième édition du petit ouvrage à succès de Normand Baillargeon, L’Ordre moins le pouvoir, a été purgée de bon nombre d’erreurs factuelles et d’approximations qui entachaient l’édition initiale de 1999. Qu’est-ce qui fait que, malgré tout, on éprouve un certain malaise en lisant cet opuscule de 200 pages qui prétend présenter l’anarchisme aux néophytes ? Sans doute son aspect kaléidoscopique et désincarné.

Pourquoi kaléidoscopique ? Parce que hormis lorsqu’il fustige la posture « lifestyle » ou le « repli sectaire » qui menacent parfois l’anarchisme, il semble manquer à Baillargeon un véritable point de vue critique sur son sujet. L’architecture très classique du livre (1. Les grands penseurs ; 2. Les grands événements ; 3. Les grandes thématiques) le conduit à juxtaposer de façon trop neutre des auteurs (réputés) anarchistes. Un tel a dit cela. Signalons qu’untel a dit le contraire. L’auteur ne s’engage pas. Il badine avec une distance de bon aloi, à la manière d’un politologue qui ne veut vexer personne. Il y aurait d’ailleurs à redire sur la façon dont il érige Noam Chomsky (penseur de grande valeur par ailleurs) en « rénovateur de l’anarchisme », alors que Chomsky lui-même se définit plus comme un sympathisant libertaire, et qu’il a pris position à plusieurs reprises pour une économie de marché régulée par l’Etat...

Pourquoi désincarné ? Parce que Baillargeon, se conformant en cela à une tradition hélas bien établie, ne s’intéresse guère aux débats, aux stratégies et aux organisations du mouvement libertaire existant. Or, en n’ancrant pas le mouvement libertaire dans un ensemble plus large que serait le socialisme ou le mouvement ouvrier, Baillargeon lui donne par défaut l’aspect d’une construction idéologique sui generis, presque a-historique. Ce n’est sans doute pas la meilleure façon de le comprendre.

Guillaume Davranche (AL Paris-Sud)

- Normand Baillargeon, L’Ordre moins le pouvoir, Histoire et actualité de l’anarchisme, Agone, 2008.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut