Lire : L’Autogestion en pratiques

Version imprimable de cet article Version imprimable


Après Les Derniers Forçats [1], récit de deux oubliés du XXe siècle aux vies brisées par le bagne, les éditions Albache, jeune maison d’édition indépendante [2] , nous donnent à lire cette fois-ci le récit d’actrices et d’acteurs contemporains de l’autogestion. À nouveau, l’accent est mis sur l’expérience et le vécu pour venir questionner les logiques de pouvoir et les rapports de domination tout en évitant l’écueil du dogmatisme politique.

Cet ouvrage collectif prend ainsi le parti de considérer l’autogestion comme une alternative possible, sans la poser comme évidente. Qu’ils soient menuisiers, métallos, lycéens et profs, ou boulangers, chacun nous dévoile son parcours. Ce sont quatre entretiens retranscrits dans leur spontanéité. Ils racontent comment, à un moment, ils ont désiré faire autrement, avec toutes les difficultés inhérentes au fait de projeter l’utopie comme possible et la société capitaliste comme faillible.

L’autogestion est ici tantôt un idéal à conquérir, tantôt une solution à une situation de crise. Il s’agit toujours de sortir des sentiers battus, de créer et de réussir à composer avec à la fois les contraintes de l’État et celles de l’autogestion dans un système capitaliste. Et puis l’idée est d’aller plus loin bien sûr en questionnant les rapports de domination, de genre, les hiérarchies sociales... Car il n’y a pas de guide pratique, et ce petit livre ne doit pas être lu comme tel. Au contraire, l’autogestion doit être vue comme un processus, un projet à faire évoluer. Et si celui-ci fait tâche d’huile, c’est tant mieux ! Chaque expérience nous offre la vision d’un ancrage local, dans un quartier, une région... et nous rappelle que l’économie est politique. Les entretiens sont précédés d’un avant-propos engagé, qui pose clairement les enjeux concrets des expériences autogestionnaires d’aujourd’hui, sans en rester à l’affirmation de grands principes.

L’autogestion en pratiqueS est une invitation à regarder autour de nous, à puiser dans les espaces collectifs, à nous en inspirer. À lire donc comme « une petite boîte à espoirs, à outils et à munitions ». À lire sans modération !

Marieau (AL Paris Nord-Est)

• Collectif, L’Autogestion en pratiqueS, Albache, 2013, 115 p., 8 euros.

[1Henry Marty, Philippe Martinez, Les Derniers Forçats, Albache, 2012.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut