Lire : Vidalou, « Être forêts »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Des hiboux à Bure, des tritons à Notre-Dame-des-Landes, un vent indomptable aveyronnais… La nature se réveille dans les campagnes, ce n’est pas une nature sans humanité, ce sont les gens en lutte qui deviennent nature  ! Ou plutôt forêts.

Jean-Baptiste Vidalou nous raconte une vilaine histoire dans cet ouvrage  : celle de la guerre que les aménageurs ont lancé contre les territoires et leurs habitant.es. Il nous démontre que toutes les grandes pratiques d’aménagement de l’histoire relèvent d’une logique d’oppression voire fasciste, le but étant de construire quelque chose (qui ressemble aux besoins de l’industrie) au détriment de l’espace et des habitantes et habitants existants.

Les actions d’aménageurs de Saint-Simon, Colbert et bien d’autres personnages moins connus, sont décrites mais aussi remises dans leur contexte historique. Dans la pensée, on pourrait en rester là, et cette vision très informative pourrait nous laisser sans armes.

Mais Jean-Baptiste nous emmène aux zones de frictions, celles qui font se rencontrer les «  grands  » acteurs de «  l’Histoire  » et le peuple qui se défend. Des camisards qui se sont défendus dans les Cévennes voilà trois siècles contre la construction de routes à des fins d’exploitation de bois aux zadistes de Notre-Dame des-Landes, il y a un point commun. L’État n’y vient pas seulement moderniser, améliorer ou exploiter, ces territoires sont voués à être lissés jusqu’à disparaître et ainsi faire disparaître celles et ceux qui y habitent.

Ce sont alors des habitantes et habitants du désordre apparent qui vont se mettre en lutte, des gens qui ne veulent pas être lissés, des forces issues de la terre  : «  Nous sommes la nature qui se défend.  » Si les camisards connaissaient peu la société des aménageurs, ils défendaient leur mode de vie.

De nos jours, nous ne connaissons que trop les aménageurs et voulons recréer une vie en lien avec les éléments. Ce n’est pas une croyance, c’est un matérialisme de terrain qui est ici proposé.

Reinette noyée (AL Aveyron)

  • Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts, habiter des territoires en lutte, éditions Zones, octobre 2017, 144 pages, 14 euros
 
☰ Accès rapide
Retour en haut