Livre : AL, « L’Insurrection algérienne et les communistes libertaires »

Version imprimable de cet article Version imprimable


On oublie trop souvent que les réseaux de « porteurs de valises » qui ont soutenu les indépendantistes algériens pendant la guerre n’ont pas débuté leur existence en 1957 avec l’action de Francis Jeanson puis d’Henri Curiel.

Au lendemain de l’insurrection de la Toussaint 1954 en effet, les seules organisations françaises à soutenir l’indépendance algérienne se situaient à l’extrême gauche. Il s’agissait du Parti communiste internationaliste (PCI - trotskiste) et de la Fédération communiste libertaire (FCL).

En Algérie même, le Mouvement libertaire nord-africain (MLNA), lié à la FCL, entre en lutte contre l’Etat français, pour l’indépendance du pays, dès la Toussaint 1954.

La police française liquidera le MLNA puis la FCL entre 1956 et 1957. Les libertaires poursuivront néanmoins la lutte contre le colonialisme, au sein des Groupes anarchistes d’action révolutionnaires (GAAR) ou, pour les rescapés de la FCL, au sein de la Voie communiste.

Ce livre apporte les témoignages de plusieurs actrices et acteurs de cette période sombre, militants de la FCL (Georges Fontenis), du MLNA (Léandre Valéro), des GAAR (Guy Bourgeois) ou de la Voie communiste (Denis Berger).

Cette réédition d’une brochure de 1992 comprend de nombreuses photos dont certaines inédites, tirées des archives privées des camarades de la FCL, ainsi que des reproductions du Libertaire de l’époque, qui se vit infliger tant de procès par l’État français qu’il en mourut.

  • Alternative libertaure, L’Insurrection libertaire et les communistes libertaires, 64 pages, éd. d’AL, 7 euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut