Livre : Einaudi, « Franc-tireur. Georges Mattei. De la guerre d’Algérie à la guérilla »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mort à Paris en 2000 à l’âge de 77 ans, Georges Mattéi a été « l’une des figures de la résistance à la guerre d’Algérie et du combat anticolonialiste » (Le Monde, 17 décembre 2000). Jean-Luc Einaudi, qui a consacré de nombreux ouvrages à la guerre d’Algérie, propose une biographie de ce jeune français qui fait partie des « rappelés » sous les drapeaux en 1956 pour aller combattre en Algérie. En 1957, il publie son témoignage dans Les Temps modernes puis, convaincu de la nécessité de l’indépendance algérienne et des limites de la légalité, il passe à l’action clandestine au côté du FLN.

À partir de 1961, il se met au service des révolutionnaires latino-américains, participe à la revue Partisans des éditions Maspéro qui a fait de l’anticolonialisme et du soutien aux révolutions du tiers-monde l’un de ses principaux combats, écrit des pièces de théâtre, deux romans (Les Disponibles (1961), La guerre des Gusses (1982)). À la fin de sa vie, il écrivait : « Notre histoire, l’histoire des gens ordinaires est une longue résistance... Il m’arrive souvent lorsque je rencontre un vieux camarade de l’entendre répondre au rituel : “Comment vas-tu ?” par un laconique : “Je résiste” ».

E. H.

  • Jean-Luc Einaudi, Franc-tireur. Georges Mattei. De la guerre d’Algérie à la guérilla, Editions du Sextant/Danger public, 2004, 250 p., 17,50 Euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut