Livre : Rajsfus, « La France bleu marine »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La déconstruction de l’État policier est, on le sait, un des grands thèmes d’étude de Maurice Rajsfus. Son dernier ouvrage en explore une nouvelle facette : la politique des différents ministres de l’Intérieur, de Marcellin 1968 à Sarkozy 2005 ; leur rapport avec la hiérarchie policière ; l’évolution du discours des syndicats de policiers.

Quelle que soit la couleur politique ou la personnalité du Premier Flic de France, Rajsfus note la parfaite continuité des thèmes martelés : “sécurité”, “État de droit”, “discipline”, “devoir”, “délinquance”, “agitation”, “terrorisme”, etc. Mais le principal intérêt du livre réside dans l’exploration que fait l’auteur du syndicalisme policier. Cette galaxie ultracatégorielle - Rajsfus dénombre une trentaine d’organisations différentes sur la période étudiée, dont une d’extrême droite, le SPIP - a pour trait commun d’avoir abandonné toute velléité contestataire/éthique à l’encontre de la Place Beauvau, dont l’hôte a désormais les coudées franches. Ce qui amène Maurice Rajsfus à faire ce constat : « Jusque vers 1990, un syndicalisme policier dit “de gauche” ou “progressiste”, semblait porter une contestation interne décalée. Cet alibi n’existe même plus. »

G. Davranche

  • Maurice Rajsfus, La France bleu marine. De Marcellin à Sarkozy (mai 1968-octobre 2005). L’Esprit frappeur, 414 pages, 8 euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut