Malcolm X : construire un pouvoir noir

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 21 février 1965, Malcolm X tombait sous les balles des Black Muslims, qui lui reprochaient d’avoir abandonné leur secte Nation of Islam. Dans les dernières années de sa vie, il s’était imposé comme le champion de l’auto-organisation des Noirs américains, de l’antiracisme et de la décolonisation.

Malcolm X stigmatisa l’engagement américain au Vietnam et manifesta sa solidarité à Cuba et aux révolutionnaires d’Amérique latine. Il identifia la lutte des Afro-Américains à celle des peuples qui venaient de secouer le joug impérialiste partout dans le monde et voulut établir une liaison avec celle-ci. Ainsi les Afro-Américains, ayant désormais pour alliés tous les peuples décolonisés du monde, devaient se sentir non plus minoritaires mais majoritaires  [1].

Il fallait internationaliser la lutte des afro-américains, traîner l’oncle Sam devant les instances internationales pour le traitement réservé aux Noirs  : faire passer la lutte des Noirs de la juridiction américaine à celle de l’Onu, désormais remplie de membres d’anciens pays colonisés  ; « les intégrationnistes mènent un combat pour les droits civiques en interne qui est perdu d’avance, or c’est un combat pour les droits de l’homme »  [2].

Il cherchait aussi à travers ce trait d’union à réconcilier les Noirs avec leurs origines et cultures africaines. Sans Malcolm, sûrement pas de «  Black is beautiful  ». On avait bourré le crâne des Noirs pendant des décennies avec les représentations infériorisantes des Africains, le défrisage des cheveux était répandu pour ressembler aux Blancs. Malcolm démontrait lui qu’ils avaient plus en commun avec les Noirs en lutte du monde entier qu’avec les Américains blancs. « Je ne suis pas américain, dira-t-il. Supposons que dix hommes soient à table, en train de dîner, et que j’aille m’asseoir à leur table. Ils mangent ; mais devant moi il y a une assiette vide. Le fait que nous soyons tous assis à la même table suffit-il à faire de nous tous des dîneurs  ? » [3]

« Montrez-moi le capitaliste, je vous montrerai le vampire ! »

L’autre message légué par Malcolm X était qu’il fallait désormais aussi engager le combat contre le capitalisme. Ne percevant pas encore l’ampleur de la dégénérescence néocoloniale des indépendances, il invoqua ces pays libérés du joug colonial comme exemple  : « Les pays qui ont adopté leur indépendance se sont presque tous donnés des régimes plus ou moins socialistes, et cela n’a rien d’accidentel. Vous et moi […] qui voulons du travail, des meilleurs logements, une meilleur éducation, nous devrions […] regarder quel système les peuples libéré adoptent pour obtenir de meilleurs logements, une meilleure nourriture. Il n’en est pas un qui adopte le système capitaliste […]  ; pour diriger un système capitaliste, il faut une âme de vautour. Le capitaliste se nourrit du sang d’autrui. Montrez-moi le capitaliste, je vous montrerai le vampire ! » [4].

Mais le principal message de Malcolm, ce fut l’inéluctabilité de la violence et sa volonté que les Noirs s’arment pour se défendre. Ses nombreuses déclarations publiques affirment les écueils de la non- violence et la légitime défense des Noirs. Pour lui, c’était « le bulletin de vote ou le fusil ». Le bulletin de vote non pas pour donner sa voix à un des deux grands partis racistes mais comme élément du rapport de forces, qui, s’il ne marchait pas, devrait laisser place à la violence.

L’émancipation des Noirs par les Noirs eux-mêmes

S’il était désormais prêt à recevoir le soutien des Blancs, ce soutien celui-ci ne devait en aucun cas entraîner la moindre perte d’autonomie, et ceci revenait centralement en termes stratégiques dans ses conférences, tout comme la critique des oncles Tom. Pour lui, la nécessité de l’auto-organisation des Noirs, de ne pas se faire récupérer par les différents courants bourgeois blancs et noirs était essentielle. Il n’avait pas encore trouvé une conciliation dialectique entre la dénonciation nécessaire de l’intégration et la nécessité du travail avec les intégrationnistes. Dégagé des utopies gradualistes de ces derniers et des chimères racistes des Black Muslims, il était engagé dans une recherche non aboutie d’un « nationalisme noir révolutionnaire ».

Son assassinat a mis un terme prématuré à celle-ci.

Il resta durant cette période assez isolé. On l’a accusé de ne plus refuser en bloc la société américaine, alors qu’il la refusait plus que jamais, mais différemment. Le Black Panther Party affirmera n’avoir repris son œuvre que là où il l’avait laissée.

Nicolas Pasadena (commission antiraciste)


LES BLACK MUSLIMS DE « NATION OF ISLAM »

Le fondateur de la secte « Nation of Islam » fut un certain Wallace D. Fard qui disparut mystérieusement. Son disciple prenant le nom d’Elijah Muhammad s’intronisa nouveau prophète. Cette secte minuscule réussit à recruter dans les grandes villes du Nord un nombre considérable d’adeptes. Les Muslims tiraient la plupart de leurs recrues du sous-prolétariat noir en provenance du Sud. Ils étaient héritiers directs du mouvement de Marcus Garvey des années 1920  : comme lui, ils prêchaient que Dieu est noir et que le Blanc est un diable. Si Marcus Garvey prônait le retour à l’Afrique, les Muslims eux, reprenant le mot d’ordre du Parti communiste des années 1930, demandaient au gouvernement américain de leur concéder plusieurs états pour les indemniser des souffrances de l’esclavage. James Baldwin dira : « tous les Noirs sympathisent plus ou moins avec eux » car « le désespoir qui a conduit les musulmans noirs à réclamer un état autonome est un peu celui de tous les Noirs » [5].

Sur le plan comportemental, la secte réussit à transformer ses zélateurs. Une fois convertis, ils portaient chemises propres, vestons et cravates, ils ne buvaient plus, ne fumaient plus, ne se droguaient plus. Ils exaltaient la prestigieuse civilisation d’un lointain passé et rendaient aux Noirs la fierté d’être noir. Ils soutenaient les mouvements anticolonialistes en Asie, en Afrique, à Cuba…

Daniel Guérin consacre aux Muslims un chapitre de son livre, il estime que « le mouvement appelle les plus sérieuses réserves, leur idéologie est par certains cotés absurde », mais il concède tout de même que « c’est un mérite des musulmans noirs d’avoir réussi, à l’inverse des intégrationnistes, à souder la libération noire américaine à la décolonisation mondiale ». Il dira des critiques faisant d’eux des alliés des racistes blancs du Sud qu’elles n’étaient pas honnêtes, ne pouvant « pas mettre dans le même sac une séparation librement choisie et la ségrégation imposée par les partisans de la suprématie blanche ». Le racisme à rebours qu’ils expriment, toujours d’après Guérin « se transforme en un séparatisme non plus racial mais de classe ».

Nicolas Pasadena (commission antiraciste)


Les autres articles du dossier :
- Aux racines du racisme : De l’esclavage au ghetto
- Mouvement ouvrier : Noirs ou Blancs, toujours prolétaires
- Les Black Panthers au-delà du mythe
- Le Black Feminism : à la croisée des oppressions
- DRUM : Les Noirs en lutte sur le lieu de travail
- Mouvements noirs réformistes : Les écueils des stratégies bourgeoises
- Harana Paré (historien) : « C’est la révolte qui a fait exister les Noirs d’Amérique »
- Une Black Revolution reste à faire


[1Daniel Guérin, De l’oncle Tom aux panthères noires, Les Bons Caractères, 2010.

[2Malcolm X, Geoge Breitman, Le Pouvoir noir, La Découverte, 2008.

[3Malcolm X, Geoge Breitman, Le Pouvoir noir, La Découverte, 2008.

[4Malcolm X, George Breitman, Le Pouvoir noir, La Découverte, 2008.

[5cité par Daniel Guérin, De l’oncle Tom aux panthères noires, Les Bons Caractères, 2010.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut