ALarme sociale n°5 (avril 2011)

Version imprimable de cet article Version imprimable


NOTRE RÉPONSE À LA DIVISION RACISTE :
CLASSE CONTRE CLASSE

Les récentes élections cantonales auront été le théâtre d’une offensive médiatique du Front national visant à valoriser une soit disant implantation syndicale du parti d’extrême-droite.

Quatre syndicalistes (syndiqués CGT, CFDT, FO et SUD) se sont en effet présentés à ces élections sous l’étiquette FN. Le parti raciste avait déjà par le passé tenté, sans succès, de faire exister des syndicats estampillés FN dans la police ou à la RATP.

Bien sûr les médias ont monté en épingle ces quatre cas, présentés comme emblématiques de la « percée » du FN chez les travailleurs et les travailleuses. Ce qui est vrai c’est que le FN prospère sur la crise économique. Ce qui est vrai c’est que lorsque le racisme tient lieu de discours officiel du pouvoir sarkozyste, entre mesures discriminatoires et chasse aux sans-papiers, c’est une voie royale qui est tracée pour l’extrême-droite.

Mais le vrai combat, c’est contre le patronat qu’il se mène, pas contre les travailleurs et travailleuses immigré-e-s. Il n’y a aucune « préférence nationale » qui tienne. C’est unis que les travailleurs et les travailleuses se battent. Comme lors du mouvement social de l’automne dernier sur les retraites, où le FN était absent du débat public. Les prétendues « solutions » racistes et xénophobes avancées tant par le parti d’extrême-droite qu’agitées par le pouvoir sarkozyste ne sèment que la division : ce sont les patrons qui se frottent alors les mains !

Le racisme c’est la division au profit des patrons : Unité des travailleurs et des travailleuses !

Cliquez pour télécharger
Alarme sociale en PDF.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut