politique

On l’a fait : on peut manifester malgré l’interdiction

Version imprimable de cet article Version imprimable


[Photos] C’est un premier défi à l’interdiction des rassemblements par l’état d’urgence. La manif de soutien aux réfugié.e.s a été sportive, mais elle s’est tenue.

Malgré l’interdiction de la manifestation de soutien aux réfugié.e.s, des centaines de personnes se sont rassemblées place de la Bastille à Paris avec Solidaires, AL, la FA, la CGA, le NPA, l’UJFP, l’AFA et DAL.

Une dizaine de cars de gardes mobiles déployés en notre honneur. Une ligne de service d’ordre pour les tenir en respect.

Au bout de quarante minutes, une moitié des présent.e.s, à l’arrière du rassemblement, est partie en manif sauvage. Des escouades de militaires sont parties à la poursuite des manifestant.e.s : en vain ! Malgré plusieurs tentatives de faire barrage, quelques coups de bombes lacrymogènes, la tête de manif était motivée, et a franchi les obstacles au pas de course ! Entre 400 et 500 personnes sont ainsi arrivées place de la République en scandant des slogans contre l’état d’urgence.

Il faut que cela fasse réfléchir les organisations qui avaient renoncé à venir à la manifestation pour se conformer à l’interdiction.

On ne fera pas taire le mouvement social !

Jean-Yves (AL 93), Simon (AL Saint-Denis)


[Mise à jour] Suite à cette manif, 58 personnes ont été identifiées par la police et signalées au procureur. Elles ont été convoquées dès le mardi 24 au commissariat, et certaines ont été placées en garde à vue.

Une assemblée générale, tenue dès le 24 novembre au soir au CICP, a rassemblée une centaine de personnes, dont une vingtaine de convoqué.e.s.

Un communiqué a été publié, et une pétition de soutien est en préparation.

Clémence (AL Paris nord-est)


Photos Yannick (AL Paris-Sud) et Lætitia

 
☰ Accès rapide
Retour en haut