Orléans : « Le Chiendent », lieu associatif et autogéré

Version imprimable de cet article Version imprimable


« Faire vivre des projets alternatifs, des espaces d’expérimentation et de luttes ». Voilà tout l’enjeu du lieu associatif et autogéré. Un enjeu partagé par un nombre de plus en plus important d’associations actives du mouvement social orléanais.

Le Chiendent, dont l’objet est de fédérer des personnes physiques ainsi que des personnes morales, des associations à caractère culturel, solidaire, social, écologique, syndical ou philosophique, indépendant des partis politiques, autonomes vis-à-vis des institutions politiques se veut un espace associatif, convivial, militant, basé sur un fonctionnement de démocratie directe et d’autogestion. Il s’inscrit dans une démarche fédérant les acteurs du mouvement social et bien au-delà. Un projet d’expérimentation qui ne se contente pas d’être en réaction, mais dans une construction positive d’un lieu de création et de mise en pratique collective ouvert sur son quartier et plus largement sur la population.

C’est sur ces bases qu’un petit groupe de travail a réfléchi depuis six mois à sa faisabilité. Aujourd’hui, fort de plus d’une centaine de signatures de soutien, de statuts solides et d’un éventuel lieu, le Chiendent est en passe de devenir une réalité. Des projets de fonctionnement et d’animation sont déjà avancés ; un bar associatif, un centre de documentation, une librairie militante, des rencontres-débats, des permanences associatives ainsi que des projections vidéo et des concerts. Mais sa véritable réalisation ne sera effective que si ce projet est porté largement.

L’assemblée générale du Chiendent a eu lieu le 20 octobre dernier… Les points suivants ont été abordés : présentation du Chiendent (objectif et fonctionnement), présentation des moyens financiers, discussion sur les statuts, discussion sur la charte annexée aux statuts, présentation des projets d’activités [1], élection des membres de la commission d’administration.

APPEL

Pour un espace public du mouvement social à Orléans

Depuis les élections présidentielle et législatives et malgré la sanction des dernières élections, les mesures ultralibérales du gouvernement se succèdent et se renforcent.

Ignorant la légitimité des revendications sur les retraites, la décentralisation, les allocations chômage, la culture vivante, le RMI et la sécurité sociale, le gouvernement continue sa vaste entreprise de régression sociale.

Totalement déculpabilisée de sa précédente gestion gouvernementale par le résultat des dernières élections, la gauche plurielle a de nouveau de l’ambition. Mais cette ambition se résume à l’élection présidentielle de 2007 et à une alternance dont nous pouvons craindre qu’elle ne soit pas si différente de celles dont nous avons précédemment pâti.

Durant les deux dernières années, le mouvement social n’a pu compter que sur lui-même. Il en sera de même pour les années à venir, avec ou sans alternance. Les mobilisations importantes des mois de mai, juin et août 2003 ont démontré, une nouvelle fois, la vitalité d’un mouvement social qui revendique son autonomie politique et aspire à une transformation radicale de la société.

Nous ne pouvons aujourd’hui que souligner les espérances dont est investi le mouvement social qui, lors du rassemblement du Larzac récemment, lors des forums sociaux locaux, nationaux et européens, lors des contre-sommets, témoigne de sa capacité à rassembler les différents acteurs altermondialistes et de sa volonté à construire une alternative au capitalisme.

Dans un même temps, l’accentuation de la criminalisation de la contestation et la politique offensive du gouvernement montrent l’urgence qu’il y a à préserver et renforcer les liens existants entre ceux qui résistent à ce rouleau compresseur.

Le Chiendent, c’est :

- Un espace associatif, convivial, militant, basé sur un fonctionnement de démocratie directe et d’autogestion.
- Un bar associatif proposant à faible coût : du café (équitable), des casse-croûtes (produits issus de l’agriculture biologique et produits végétariens), des boissons (bières, soda « No logo »).
- Un fonctionnement en association (type Loi 1901) avec un collège d’adhérents directs et un collège d’associations adhérentes. Les décisions sont prises en assemblée générale et mises en œuvre par les commissions d’animations ouvertes à tous.
- Des animations : centre de documentation, librairie militante, dépôt vente de labels alternatifs audio et vidéo, dépôt vente de produits issus de l’économie solidaire (produits biologiques, paniers des jardins de cocagne), bar à palabres, repas de quartier.
- Des activités militantes : réunions d’associations et collectifs, conférences publiques, projections vidéos, ateliers de préparation des manifestations, permanences d’associations, de conseils juridiques.
- Des outils pour les associations et les collectifs : Station de traitement de texte (ordinateur, imprimante, scanner), station internaute, boîtes aux lettres postales, télécopieur, panneaux d’affichage, caisse de solidarité.
- Des activités culturelles : expositions, spectacles de théâtre, concerts, atelier création-expérimentation.
- Des moyens financiers par le biais de : cotisations des adhérents directs (entre 5 et 15 euros par trimestre), cotisation des associations adhérentes (entre 10 et 30 euros par trimestre), recettes du bar associatif et des manifestations publiques (concerts, projections, spectacles), campagnes de souscription (notamment pour les investissements en équipement), prêt de matériel et récupérations diverses.

Contacts :

LE CHIENDENT c/o ATTAC, 46, ter rue Sainte-Catherine 45000 Orléans.

[11. Pour les modalités de fonctionnement de l’assemblée générale se rapporter aux statuts consultables à l’adresse suivante : http://www.associations45.ras.eu.org/ rubrique LE CHIENDENT.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut