Paris XIXe : Quand les anticapitalistes se rassemblent

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis septembre 2007, des militants et des militantes animent et construisent un réseau unitaire anticapitaliste dans le XIXe arrondissement de Paris. Premier bilan d’une expérience enrichissante.

Quelques jours après la victoire de Sarkozy, la coordination fédérale d’AL des 12 et 13 mai décidait qu’AL s’adresserait aux forces anticapitalistes qu’elles soient libertaires ou pas pour envisager des ripostes unitaires face à la politique de démolition sociale du pouvoir et aussi pour débattre et faire émerger une alternative anticapitaliste et autogestionnaire. Dans la foulée, le collectif Alternative libertaire Paris Nord-Est décidait de prendre contact avec plusieurs organisations et militant-e-s du XIXe.

C’est ainsi que nous avons sollicité la Fédération anarchiste, la LCR, le Collectif unitaire antilibéral, les Alternatifs et No Pasaran, ainsi que d’autres militantes et militantes non organisés politiquement sur l’arrondissement. À l’exception de la Fédération anarchiste qui n’a finalement pas donné de suite positive à notre invitation, les autres ont accepté d’examiner notre proposition. Après des débuts compliqués (certains voulaient restreindre les réunions aux franchises médicales), l’atmosphère s’est progressivement détendue avec le développement des grèves dans les facs et les transports en octobre et en novembre.

La première activité de réseau a consisté à développer une activité de soutien aux grèves et de popularisation des luttes. C’est ainsi que nous avons diffusé plusieurs dizaines de milliers de tracts et d’argumentaires montrant de façon très pédagogique comment le pouvoir s’y prenait pour vider les caisses de l’État et pour remplir les poches de la bourgeoisie tout en faisant raquer le populo.

Café politique itinérant

Cela nous a permis d’engager pas mal de discussions à la sortie des métros et sur les marchés et de prendre quelques contacts. Le fait d’apparaître comme militantes ou militantes de différentes organisations tout en montrant que des démarches convergentes étaient possibles a contribué à attirer la sympathie.

En décembre, nous avons décidé de créer un café politique itinérant. Chaque mois, nous organisons un ou deux débats dans différents cafés de l’arrondissement. Cela nous permet d’investir successivement les différents quartiers du XIXe. Le prochain débat, le 26 mars, portera sur les lois anti-immigrés.

Enfin en janvier, nous avons décidé de lancer des actions contre la vie chère, la baisse du pouvoir d’achat et les cadeaux faits à la bourgeoisie en ciblant les supermarchés de l’arrondissement. À chaque fois, c’est le même scénario, nous collons dans le supermarché des autocollants pointant les principales hausse de prix sur les produits de base, d’autres protestent contre les cadeaux faits à la bourgeoisie et d’autres encore revendiquent 300 euros pour toutes et tous. Nous allons au contact des clients et des personnels, et en effet la visibilité est assurée.

Ce réseau avance pas à pas et même si la participation reste encore très militante, il y a une réelle volonté de s’ouvrir et d’impliquer la population de l’arrondissement, mais aussi de travailler avec d’autres réseaux comme celui des sans-papiers sans remettre en cause leur autonomie.

Laurent Esquerre (AL Paris Nord-Est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut