culture

Présentation du livre de Véronique Decker, « Trop classe », le 20 avril à Nantes

Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans le cadre d’une tournée organisée par le blog rouge et noir du secteur éducatif, Classebuissonniere.org, Alternative Libertaire Nantes vous invite à échanger avec Véronique Decker autour de son livre : Trop classe.

« De Zébulon à Zyed et Bouna, sans oublier Albertine et Mélisa, N’Gwouhouno ou Yvette… du syndicat à la pédagogie de la « gaufre », des Roms à la maman sur le toit, Véronique Decker, enseignante et directrice d’école Freinet à Bobigny (Seine-Saint-Denis), éclaire par petites touches le quotidien d’une école de « banlieue ».

Au fil de ses billets, il est question de pédagogie, de luttes syndicales, de travail en équipe, mais surtout des élèves, des familles, des petits riens, des grandes solidarités qui font de la pédagogie un sport de combat… social.

Loin du déclinisme d’« intellectuels » pérorant sur l’école, des ségrégations institutionnelles ou du libéralisme et de sa fabrique de l’impuissance, c’est une autre école, en rires, en partages, en colères, en luttes qui se dessine, avec « des craies de toutes les couleurs, sur le tableau noir du malheur… » De l’autre côté du périph. Trop classe ! »

Présentation en présence de l’auteure
le mercredi 20 avril à 20 heures
à Nantes, Maison des syndicats,
place de la Gare-de-l’Etat
(Chronobus C5, arrêt Gare-de-l’État).
Organisé par Alternative libertaire Nantes

L’événement FB

L’AUTEURE : « Je m’appelle Véronique Decker. Depuis plus de trente ans, je suis institutrice. Et depuis quinze ans, directrice d’une école élémentaire à Bobigny : l’école Marie-Curie, cité scolaire Karl-Marx. À part sa localisation au pied des tours et au cœur des problèmes, notre école présente l’intérêt d’être une école « Freinet » où, dans le respect des règles du service public, nous pratiquons une pédagogie active, fondée sur la coopération. Même si l’expérience, parfois, peut me dicter des silences provisoires, je ne suis pas réputée pour mon habitude de me taire. »

 
☰ Accès rapide
Retour en haut