Propos de Marine Le Pen : non au racisme !

Version imprimable de cet article Version imprimable


La candidate à la présidence du Front National, Marine Le Pen, a dénoncé vendredi soir à Lyon « les prières de rue » de musulman-es en évoquant la Seconde Guerre mondiale et en qualifiant ces prières « d’occupation », sans « blindés » ni « soldats », mais « d’occupation tout de même ».

Nous condamnons ces propos racistes, même s’ils sont loin de nous étonner puisqu’ils sont le fonds de commerce du FN. Ils rejoignent l’idée répandue par les politiques et ceux qui fabriquent l’opinion selon laquelle la France (et l’Europe) serait en passe d’être envahie par les musulman-es et qu’il conviendrait d’en être effrayé-e. Ils veulent attiser les haines entre français-es « de souche » et immigré-es et descendant-es d’immigré-es arabes et noirs pour distraire les classes populaires du seul combat à mener ensemble, contre les capitalistes et les tenants du pouvoir actuel.

Cette comparaison avec l’occupation est des plus hypocrites de la part de la représentante d’un parti dont le fondateur n’a eu de cesse d’avoir des propos complaisants à l’égard de l’occupation. Il faut rappeler la participation des « français-es musulman-es » (ainsi que les désignait l’administration coloniale française) au combat pour mettre fin à celle-ci, et la reconnaissance que la France leur témoigna avec le massacre de Sétif et Guelma où furent massacré-e-s en 1945 des dizaines de milliers de « français-es musulman-es » qui réclamaient eux et elles aussi la fin de leur occupation.

Nous dénonçons également au passage les fausses indignations de l’UMP toujours prête à se faire une virginité antiraciste en dénonçant le FN, mais dont les propos sur l’identité nationale et les lois et décrets de stigmatisation (burqa, camps de roms....) alimentent la haine et la peur. Il en est de même pour le PS avec notamment la première loi contre le voile.

Contre toutes les formes de racisme, pour l’union des classes populaires contre le pouvoir !

Alternative libertaire, le 14 décembre

 
☰ Accès rapide
Retour en haut