Janvier 2008

Réforme du Bac pro en trois ans : tous-tes en grève et dans la rue !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis le mois de novembre, des milliers de lycéens des Lycées Professionnels en Bretagne descendent dans la rue contre la réforme Darcos qui prévoit la mise en place d’un bac pro en 3 ans. La mobilisation a semblé payer : le ministre a annoncé qu’il suspendait sa réforme. Mais dans les académies, la réforme se met en place pour la rentrée 2008.

Depuis le mois de novembre, des milliers de lycéens des Lycées Professionnels en Bretagne descendent dans la rue contre la réforme Darcos qui prévoit la mise en place d’un bac pro en 3 ans. La mobilisation a semblé payer : le ministre a annoncé qu’il suspendait sa réforme.

Mais, dans les académies, la réforme se met en place pour la rentrée 2008. Derrière ce faux-semblant de suspension, le gouvernement craint un mouvement d’ensemble de la jeunesse populaire, à nous d’enfoncer le clou ! Par la manifestation et le blocage de nos lycées, intensifions la lutte pour le retrait total de cette réforme qui sert les intérêts égoïstes du patronat.

La réforme consiste à transformer le cursus Lycée pro actuel, deux ans en BEP suivis de deux ans en Bac pro, en un cursus de trois ans de Bac pro, supprimant ainsi un an de formation, et dévalorisant un diplôme, le BEP, en le remplaçant par une simple « certification ».

Une vaste arnaque

On veut nous faire croire que nous aurons plus de chances de réussite en réduisant la durée du cursus d’une année. On risque plutôt de voir un grand nombre de lycéens échouer car la réduction du temps de formation leur laissera moins de chances alors qu’ils éprouvent déjà des difficultés scolaires. De plus le niveau de l’enseignement, et donc la valeur du diplôme, sera diminué : 1/4 du temps de formation en moins, cela signifie une réduction du nombre d’heures en enseignement général... et professionnel.

Quelles seront au final les conséquences ? Un diplôme qui perd de sa valeur, donc moins reconnu sur le marché du travail, et un plus grand nombre d’échecs en 1re année de bac pro. Et le BEP, dans tout ça ? Tous ceux qui auparavant sortaient du lycée après le BEP sans continuer jusqu’au Bac, ne disposeront plus que d’une « certification » d’études, et non plus d’un diplôme reconnu nationalement, et qui protégeait leurs droits, en termes de salaire notamment, via les Conventions collectives de leur branche, sur le marché du travail. C’est la disparition à court terme du BEP.

Darcos/Sarko veulent précariser la jeunesse populaire

Loin de se soucier de la réussite des lycéens de LP, cette politique a un double objectif :
- d’une part, faire des économies sur le dos des lycéens et des profs en réduisant le nombre d’enseignements grâce au passage du Bac pro de quatre à trois ans ;
- d’autre part, en diminuant les contenus enseignés et le nombre de spécialités, il dévalorise le bac pro sur le marché du travail, et donc nous précarise, tout en nous obligeant à trouver des compléments de formation professionnelle post-bac.

Or une formation de qualité protège les futurs travailleurs sur le marché du travail, et les met davantage en position de défendre leurs droits, et c’est cela que patrons et gouvernement veulent remettre en cause.

S’organiser et lutter

Il s’agit de se réunir de la manière la plus large possible, de décider collectivement des actions à mener, en lien avec les enseignants décidés eux aussi à lutter contre cette réforme. Seule unedynamique de grèves et de manifestations dans la durée fera reculer le ministre et enterrera ce projet. Il faut donc travailler à poursuivre et élargir les actions déjà entamées dans chaque lycée professionnel, les débuter ailleurs. Ne laissons pas gouvernement et patronat décider à notre place :

Retrait total de la réforme Darcos !

Un vrai diplôme pour un vrai travail !

Revaloriser les diplômes professionnels ? Que les patrons augmentent les salaires des emplois d’exécution ! Que le système éducatif arrête de nous envoyer en L.P. parce que nous sommes en « échec scolaire » !

Clash n°24 (janvier 2008)
A télécharger
 
☰ Accès rapide
Retour en haut