Rouges-bruns : Ne pas Chouard dans le confusionnisme

Version imprimable de cet article Version imprimable


Étienne Chouard, et son association Les Gentils Virus, d’une part ont acquis une notoriété pour leurs prises de positions – pour une démocratie intégrale et contre le pouvoir accaparé les plus riches – et d’autre part, subissent une campagne de dénonciation du mouvement antifasciste ! Où est l’erreur ?

La définition baroque d’Étienne Chouard de l’extrême droite brouille les pistes : « Les fascistes, les gens d’extrême droite, ce sont les grands propriétaires, les grands possédants, les ultraprivilégiés (…). Les 1 % contre les 99 %, c’est ça l’extrême droite. » Les organisations tel le FN, les identitaires et toute la nébuleuse fasciste et nazie sont lavées de tout soupçon : « On nous invite à lyncher untel ou untel parce qu’il est fasciste, parce qu’il est d’extrême droite. Je refuse ça (…). Aujourd’hui on traite d’extrême droite ceux qui ont un avis non conforme sur les étrangers, sur la peine de mort, sur l’avortement, sur la religion catholique, sur la nation, ceux qui défendent la nation sont traités d’extrême droite » [1]

En conséquence Chouard défend l’extrême droite contre les antifascistes : « Certains chiens de garde, sales policiers de la pensée, se disent "antifas" mais ce sont DES FAUX : si on regarde bien, ils ne s’en prennent qu’aux vrais antifas : Michel Collon, Jean Bricmont, Maxime Vivas, Viktor Dedaj, Thierry Meyssan, des gens biens, courageux eux aussi, que je suis fier de côtoyer, entre autres, à ma petite échelle : des OPPOSANTS À LA GUERRE QUI VIENT, des opposants À L’EMPIRE en formation (projet impérial reconnu par Barroso lui-même face caméra), de véritables humanistes je crois » [2]

La liberté d’expression selon Chouard

Les militants d’extrême droite seraient des démocrates : « Je suis sûr que nombre de ces jeunes militants – de droite dure au début par dépit de la corruption généralisée et faute d’alternative autre – sont en train de devenir ou sont déjà devenus des démocrates réels » [3] Chouard multiplie les rencontres et les débats, donne sur son site les adresses de sites fascistes, juge souvent « intéressantes » leurs analyses.

Qualifier de démocrates des racistes ? Chouard laisse entendre que le problème n’est pas le racisme, une idée portée par des gens qui s’inscrivent dans le champ démocratique. Ce ne serait qu’une « grave erreur d’analyse ». L’antiracisme, lui, « fabrique une race des "racistes", sorte de sous-hommes à combattre en toute matière pour cause de péché impardonnable, de crime de la pensée ». [4]

La liberté d’expression est invoquée pour défendre la parole de ceux qui -affirment l’infériorité ­d’une partie des humains (sexisme, racisme) ou leur imputent tous les maux de la terre (antisémitisme, islamophobie). Retirer de son blog un lien vers un site, ramassis d’insultes et d’agressions antisémites et antiféministes, voilà une atteinte ultime aux valeurs démocratiques que défend Chouard.

Feindre d’ignorer le danger fasciste !

Ce positionnement de Chouard est facilité par l’absence totale de soutien ou même de la moindre considération à l’égard de celles et ceux qui, en raison de leur couleur de peau, de leur confession, de leur culture ou de leur orientation sexuelle, sont victimes de discriminations.

Chouard n’est ni un « fasciste », ni d’extrême droite. Il ne semble par contre pas concevoir que le racisme et l’antisémitisme s’expriment en général derrière des masques pour dissimuler leur violence. Et pour cause : que devient son beau projet de « vraie démocratie » si certains dissimulent leurs véritables intentions, se jouent de la liberté qui leur est accordée pour mieux imposer un système dans laquelle cette liberté disparaîtra ?

Les antifascistes combattent cette ignorance feinte des groupes fascistes qui mettent en pratique la violence raciste. Non seulement la violence raciste et sexiste n’a rien de virtuel ni d’abstrait, mais c’est une vision du monde portée par des groupes qui cherchent à imposer leurs idées par la force. Dire comme Chouard que l’extrême droite est une invention des puissants pour nous détourner des « vrais problèmes », c’est lui donner la place dont elle a besoin pour ensuite écraser ses adversaires. Quant au capitalisme, il s’en accommodera, car réactionnaires, racistes, dictateurs et exploiteurs ont toujours trouvé des terrains d’entente.

Chouard, celles et ceux qui suivent ses analyses au sein de l’association Les Gentils Virus sont ainsi des alliés objectifs de l’extrême droite, de sa vision inégalitaire du monde et sa désignation d’ennemis héréditaires à éliminer. Ils n’ont, tant qu’ils défendent de telles conceptions, pas leur place dans le mouvement social ou écologiste.

AL Lot-et-Garonne

[1] http://www.youtube.com/watch?v=Vh4H...

[2] http://etienne.chouard.free.fr/Euro... ?

[3] De nombreuses informations contenues dans ce texte sont tirées de http://lahorde.samizdat.net/2014/12/08/chouard-sexplique-senfonce-et-renonce/

[4] Blog d’Etienne Chouard (29 novembre 2014)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut