Couple

Saint-Valentin, oublier le patriarcat

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au mensuel d’Alternative libertaire, c’est comme dans le reste de la presse, on respecte les marronniers. Mi-février, c’est la Saint-Valentin, la fête nunuche du commerce hétéro sexiste et de l’hypocrisie autour du couple.

Juste après les fêtes de fin d’année, y’a un creux commercial, tout le monde est fauché, fait froid (ou gris et humide comme cette année), les soldes d’hiver commencent, c’est gris aussi. Pour redonner à la clientèle l’envie joyeuse de consommer, de dépenser, dans la bonne humeur, quoi de mieux que de fêter le couple hétérosexuel en échangeant des cadeaux, de préférence onéreux.

Tous les commerces s’en emparent, la pub se déchaîne, et ne pas offrir au moins des fleurs expose Monsieur à la réprobation générale (et en particulier à celle de sa compagne).

Et dans les bureaux et les entreprises, beaucoup de femmes discuteront ce que Monsieur a offert ou de ce que leur couple a fait pour la Saint-Valentin. Évidemment il y a des couples qui s’affranchissent de ce rituel, et des femmes qui vivent avec leurs amies, leurs sœurs, et n’en sont pas moins heureuses ! La quasi obligation d’être en couple hétérosexuel, entrave le développement de solidarités et d’amitiés entre femmes, qui sont pourtant nécessaires pour, entre autres, sortir des violences conjugales !

Des petits cœurs rouges plein la pub, des « amour toujours » plein les journaux (pour cent mariages, quarante-quatre divorces), de la tendresse dégoulinante (plus de 200 000 femmes sont victimes de violences de couples chaque année, 2 millions au moins le seront au cours de leur vie), des roses rouges, la Saint-Valentin est rouge.

« Pour la Saint-Valentin 2016, xxxxxxxx (chocolatier) célèbre l’amour avec un cadenas à déguster à deux, symbole de Paris et du Pont des Arts, disponible en février 2016. » Le cadenas en symbole de l’amour, c’est assez pertinent.

La fête du rapport sexuel obligatoire

Monsieur doit offrir des roses, ou un bijou, ou un parfum ou un merveilleux restaurant (c’est pas Noël ou un anniversaire, l’électroménager en cadeau avant rapport sexuel, ça le fait pas), le cumul est autorisé. Madame doit cuisiner des petits plats séducteurs (au cas où monsieur ait omis le resto), s’habiller joli sexy et mettre ses plus beaux sous-vêtement affriolants et rouges (la St Valentin, c’est rouge, les cœurs, les roses, les trucs sexy). Elle a le droit de faire un petit cadeau bien sûr, mais être sexy suffit.

Dans la presse féminine (de cette année, si, si) : 

La Saint Valentin approche à grands pas et vous avez envie de gâter votre amoureux ? Oubliez les cadeaux, les dîners aux chandelles et autres pétales disposées dans la chambre : pour lui faire (vraiment) plaisir, rien de plus efficace qu’un bel ensemble de lingerie. Body, soutien-gorge, string, nuisette, guêpière ou encore porte-jarretelles : le panel d’armes de séduction est large et il y en a pour tous les goûts.

Tout est dans l’esprit de l’achat d’un rapport sexuel plus enthousiaste que d’habitude en échange d’un cadeau. Une pub pour Monsieur : « Envie de lui sortir le grand jeu ? Embarquez sur le Yacht xxxxxxx pour une croisière et un dîner très romantique, qui se finira en apothéose en dormant à bord... » Les points de suspension sont dans l’annonce.

Et joyeuse Saint-Valentin, en rouge... et noir.

Christine (AL Orne)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut