Synthèse de la mobilisation au 21 octobre

Version imprimable de cet article Version imprimable


[*MANIFESTATIONS*]

Plusieurs dizaines de milliers de lycéen-ne-s et étudiant-e-s en manifestation partout en France.

En région parisienne :

- rassemblement à Jussieu puis départ en manifestation à 14h des lycéens, étudiants et UL CGT du 6-7, convergence avec le cortège des territoriaux de Paris et d’Ile de France à Denfert.

- manifestations interprofessionnelles au départ de plusieurs villes Bobigny, Saint-Denis, Aubervilliers, Montreuil, Noisy, Bondy, Aulnay (PSA)..., convergentes devant la Bourse du travail et la préfecture

- Plus de 25 000 personnes en manifestation à Toulouse à l’appel de l’intersyndicale locale

[*GREVES*]

Raffineries et dépôts : la grève se poursuit. Malgré les déblocages de dépôts par les flics, de nouveaux sites ont été bloqués :

- Près de cinq cents grévistes (CGT, CFDT, SUD-Solidaires) ont bloqué mercredi l’ensemble des routes conduisant à la centrale de Donges (44) évacuée par les flics la nuit. Aucun camion n’a pu ni entrer ni sortir.

- La nuit de mardi à mercredi, le dépôt de Port de Bouc a été bloqué par plusieurs centaines de personnes. Ce dépôt alimente en kérosène les aéroports de Nice, Marseille, Lyon ainsi que les bases militaires aériennes de la région.

- Mercredi matin, 150 syndicalistes ont bloqué le dépôt de pétrole de Brest.

- De lundi à mercredi, le dépôt de carburant de St Pierre des Corps est bloqué près de Tours.

- À Marseille : mercredi la grève a continué dans les terminaux pétroliers de Fos et Lavéra. 69 navires sont actuellement bloqués, en rades de Fos et de Marseille.

- raffinerie Total de Grandpuits : la grève se poursuit depuis le 12 octobre, les mesures de réquisition de 5 salariés sont contestées par un recours en référé, ms il faudra au moins 15 jours pour redémarrer la production, les stocks ne valant que pour deux jours.

- raffinerie Total de Gargenville : les grévistes de la CT ont reçu aussi un ordre de réquisition, la raffinerie alimente Roissy en kérosène. Soutien sur place de cheminots, UL CGT et autres…

- au Havre, TOTAL Raffinerie de Normandie (97% de grévistes), PETROCHEMICALS (production à l’arrêt).

Au soir du 20, on recense un tiers des stations à sec. Principaux points de difficulté dans les régions de Rennes, Nantes et Toulouse.

- Energie : grève dans les centrales nucléaires de Chinon, Blayais, Tricastin, Flamanville et dans d’autres services d’EDF. Centrale de Porcheville, équipe de quart en grève reconductible depuis lundi matin, mercredi réception du message de « réquisition », mais toujours des grèves d’une heure par jour de la maintenance.

- Transports routiers : Quelques participations à la grève en région mais peu d’infos (bulletin le Havre : http://www.havredegreve.org/post/havre-de-greve-mercredi-20-octobre-2010 )

- Transports : poursuite de la grève à la SNCF pour le 10e jour de grève, et nombreuses actions. Pour les transports urbains, les villes les plus touchées : Marseille (pas de bus ni de tramway mercredi, les dépôts de la RTM ont été bloqué par des militants CGT, FO, Sud et la CFDT, seul le métro fonctionne), La Rochelle, Clermont-Ferrand, Nice, Pau, Rennes…

- Nettoyage : les éboueurs de Sète, Balaruc-le-Vieux, et Marseillan sont en grève depuis mercredi. À Marseille, la grève continue dans 12 des 16 secteurs de la ville, les ordures s’amoncellent, les poubelles brûles. Le préfet a fait appel à la sécurité civile qui a commencé à ramasser les poubelles. Par ailleurs, le centre de traitement des déchets de la Capelette est bloqué depuis 5h 30 par des militants syndicaux. Celui des Aygalades est bloqué depuis lundi.

- Industries : les grèves reconductibles se poursuivent au Havre chez EXXON, à FOURE LAGADEC, Vinci, Ponticelli, DEBRIS. Au niveau national : Dans la Chimie, la grève est reconduite aussi dans une vingtaine d’usines de caoutchouc/pneumatiques (Goodyear Dunlop Tires, Michelin, Hutchinson, Paulstra, Trelleborg, Joint français…), dans autant d’usines chimiques (Arkema, Rhodia, Basf, Ceca, L’Oreal,…), ou encore à Sanofi/Aventis, Plastic Omnium, Saipol…

- Enseignement : À Quimperlé, une intersyndicale locale éducation (FSU, SUD, CGT, FSU, FO) et d’enseignants grévistes appellent les enseignants du secteur à la mobilisation samedi et à une AG lundi main (tract « pas de vacances pour la résistance »). Des grèves dans le 94, 93, des réunions publiques et AG organisées par les enseignants à Paris

- Impôts : la grève se poursuit, comme au centre des impôts de Rennes, bloqué depuis la semaine dernière par les salarié-e-s.

- Territoriaux en grève et en manifestation jeudi en Ile de France, à Marseille…

[*BLOCAGES et ACTIONS :*] Forte montée des actions, des blocages et de la solidarité, organisés localement de façon interprofessionnelle et intersyndicale :

- Toulouse : mercredi matin blocage des axes autour de l’aéroport de Toulouse-Blagnac dès 5h avec un bon millier de participant-e-s : cheminots, DDE, santé, météo, divers et étudiants.

- Blocages organisés à Lorient, avec le soutien des grévistes de Quimperlé.

- À Rouen, blocages dans la matinée du mercredi 20, jeudi 21 et prévus le vendredi 22, bulletin intersyndical de mobilisation de l’agglomération rouennaise.

- Au Havre, blocages jeudi matin, bulletin intersyndical de l’agglomération : http://www.havredegreve.org/

- À Marseille, blocage mercredi matin des trois principaux tunnels intra-muros : à partir de 6h par des militants FO des tunnels Vieux-Port, Prado-Carénage et Saint-Charles. Mercredi matin une centaine de cheminots, postiers, agents des impôts CGT et des enseignants de la FSU ont bloqué puis occupé brièvement la Bourse. Ils/elles ont suspendu des banderoles au balcon et agité des fumigènes : « Oui à un vrai service public », « La retraite, c’est l’investissement de la société pour elle-même, pas pour le CAC 40 ».

- À Bordeaux, accès à l’aéroport coupé durant plus de deux heures dans la matinée de mercredi par des manifestants de la CGT, FO, Sud, FSU et de la CNT.

- À Roissy, mercredi matin, à l’appel de l’UL, un bon millier de manifestants, surtout CGT et SUD, venus de tout le département et de pas mal de secteurs d’activité.

- À Rennes, blocage du dépôt de bus urbain mercredi matin par des étudiants et des salariés. Les CRS sont intervenus pour le débloquer. Après évacuation des bloqueur-se-s, les conducteurs et conductrices de bus ont décidé de se mettre en grève sauvage et de bloquer à leur tour le dépôt...

- À Montpellier, action de blocage du tram jeudi, et action contre Sevrenia, société d’assurance spécialisée dans la retraite par capitalisation,qui doit voir le jour au 1er Janvier 2011, fruit du rapprochement de la CNP (Caisse Nationale de Prévoyance et du groupe assurance Malakoff– Médéric dont le directeur général n’est autre que Guillaume Sarkozy !

[*LYCÉES ET UNIVERSITÉS*]

Les syndicats étudiants et lycéens ont appelé à une « journée de mobilisation nationale des jeunes » pour continuer le combat contre la réforme des retraites.

Dans les universités Des blocages suites aux AG du 19 :

- Montpellier 3 est bloquée. Appel des grévistes de l’éducation nationale : PAS DE VACANCES POUR LA MOBILISATION décidant de poursuivre et d’amplifier la mobilisation en profitant des vacances scolaires : actions interprofessionnelles, collecte caisses de solidarité, meeting interprofessionnel dans les prochains jours dans une grande salle de Montpellier.

- Les deux sites de l’université de Lyon 2 sont fermés « jusqu’à nouvel ordre » (sur décision du président) en raison du vote d’un blocage sur le site de Bron, et d’un barrage filtrant sur celui des Quais du Rhône.

- Clermont, blocage du 20 au 21, semble pouvoir se prolonger jusqu’aux vacances.

- Caen et Rennes : blocage voté jusqu’à vendredi

- Paris : blocage de Tolbiac reconduit jusqu’à vendredi

- Orléans : AG étudiante du 20 : 250 présents. Le blocage est voté majoritairement.

- Suspension de la grève au Mirail à Toulouse

- Tours : blocage de la fac des Tanneurs depuis le 19.

- Metz : AG étudiante d’environ 200 personnes mercredi.

Une Coordination étudiante se met en place. Et toujours de nombreux lycées bloqués ou en grève malgré la répression.

[*POSITION DU GOUVERNEMENT ET DU PATRONAT :*]

- Mise en place de déblocages et mesures de réquisition dans les raffineries, qui sont un signe de la pression qui monte, mais la solidarité tient bien. Tentatives de culpabilisation des grévistes, dans les médias, autour du ravitaillement des hôpitaux en carburant. Attaque frontale et condamnation des « casseurs » et des « preneurs d’otages » directement par Sarkozy et ses sbires.

- Les préfectures de l’Eure et de la Seine-Maritime, en Haute-Normandie, ont imposé jeudi des restrictions à la consommation de carburant par les particuliers en raison des pénuries d’essence.

- Côté MEDEF, les patrons s’affolent face aux blocages de zones industrielles, comme à Amiens.

[* POSITIONS SYNDICALES*]

L’intersyndicale réunie aujourd’hui a fixé une nouvelle journée de grève et d’action intersyndicale jeudi 28 octobre, puis samedi 6 novembre, sans la signature de l’Union Solidaires.

[*SOUTIENS FINANCIER AUX GREVISTES*]

-  raffinerie de Grandpuits : dons en liquide ou par chèques adressés à l’ordre de : Intersyndicale CFDT-CGT, à l’adresse suivante : Intersyndicale CFDT-CGT, Raffinerie Total de Grandpuits, boîte postale 13, 77 720Mormant, ou dons en ligne sur le site internet : http://www.raffineriegrandpuits.fr/

-  raffinerie Total de Frandres : adresser vos dons a la caisse de grève gerée par SUD Chimie : Philippe Wullens SUD Chimie Raffinerie des Flandres 59140 DUNKERQUE cheques a l’ordre de SUD-Chimie RF

-  CGT TOTAL : dons par cheque bienvenus. Les cheques sont a libeller a l’ordre de la FNIC-CGT et a adresser a l’adresse ci-dessous : Coordination CGT TOTAL A l’attention de Christine KIPFER Bureau A0102 24 cours Michelet, La Defense 10 92069 PARIS LA DEFENSE CEDEX

Prochaine synthèse, avec analyse de l’intersyndicale du 21/10 dans la journée du vendredi 22/10

 
☰ Accès rapide
Retour en haut